L'Auvergne Agricole 09 octobre 2013 à 15h19 | Par Article : Sophie Chatenet / Vidéo : Héléna Cauvet

En video : Sommet de l’élevage - François Hollande fait de l’élevage un investissement d’avenir

Au Sommet de l’élevage, le président de la République a annoncé, mercredi, les choix de la France dans le cadre de la mise en œuvre de la PAC. Des choix « pro élevage ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer

François Hollande au Sommet de l'élevage 2013 (© Auvergne Agricole)

Dans une grande Halle surchauffée par la chaleur extérieure et la foule venue en masse en ce premier jour du Sommet, le président de la République, accompagné des ministres de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et du Commerce, s’est livré à un véritable marathon, mercredi dernier. Un peu chahuté dans le Hall bovins lait, par une poignée d’éleveurs et de visiteurs, François Hollande aura finalement clôturé sa visite par une série d’annonces favorables à l’économie de l’élevage, dans le cadre de la mise en œuvre de la PAC. Retour sur une après-midi pas comme les autres. Attendu par une nuée de journalistes, pas moins de 90 avaient été accrédités pour suivre l’évènement, et par un nombre impressionnant d’élus politiques et professionnels, François Hollande est arrivé vers 14h30 au Sommet de l’élevage. Il a quitté les lieux aux alentours de 18 heures. Autant dire que le Chef de l’Etat n’a pas été avare d’échanges, de pauses sur un parcours de visite qui l’a mené du Hall 1, aux Hall bovins lait, en passant par le plateau d’exposition machinisme sans oublier le Hall bovins viande. Première escale sur le stand JA, où il a soufflé les bougies des quarante ans de la DJA, puis direction la FNSEA, où le président de la FRSEA Massif central, Jacques Chazalet, lui a remis les appels de Tulle.

De Tulle à Cournon

Comme un clin d’œil au rendez-vous corrézien, qui s’est tenu le 20 septembre dernier et qui a rassemblé 350 personnes. «Vous ne m’aviez pas invité à Tulle, alors je viens à Cournon», a lancé en guise d’introduction le Chef de l’état avec un brin d’humour. Il n’était certes pas à Tulle, mais force est de constater qu’il semble avoir reçu le message distillé par les professionnels. Après avoir exprimé à plusieurs reprises «son attachement à l’élevage», qu’il considère avant tout comme une «opportunité pour l’économie française», «un investissement d’avenir», François Hollande a expliqué en détail les choix de la France dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme de la PAC. D’abord, la part des aides couplées concernant l’élevage sera utilisée complètement, les modalités de répartition seront modifiées au profit des volumes produits. Sur les ICHN, elles feront l’objet, dans leur globalité, d’une première revalorisation de l’ordre de 15% à compter de 2014. Leur plafond sera rehaussé à 75 hectares. C’est 85 000 agriculteurs qui seront concernés. «En quarante ans, c’est la plus forte revalorisation jamais opérée, qui nous permettra d’atteindre en fin de période 1,1 milliard d’euros». Les éleveurs à l’herbe, situés hors zone ICHN, devraient également bénéficier d’un soutien.

Surdotation

Le chef de l’état a annoncé un coup de pouce supplémentaire en faveur des jeunes agriculteurs : «1% des aides directes sera alloué aux jeunes agriculteurs ». En jeu, ce sont 100 millions d’euros supplémentaires. En matière de compétitivité, le président de la République a insisté sur la nécessité de moderniser les bâtiments d’élevage. Un fonds état, Europe, alimenté à hauteur de 200 millions d’euros par an permettra d’abonder des investissements liés aux bâtiments. Les Régions seront également invitées à mettre la main à la poche.

A Cournon, François Hollande a acté le choix français en faveur de la sur dotation des 52 premiers hectares, de manière « à favoriser le maintien d’un plus grand nombre de chefs d’exploitation sur le territoire». Le Gaec restera la forme juridique permettant de bénéficier de la sur dotation. Sur la convergence, le président de la République a dit vouloir l’engager progressivement à partir de 2015, pour atteindre 75% en 2020. Quant au verdissement, il sera appliqué individuellement et sera proportionnel à l’aide de base.

Discussion entre le Chef de l’Etat, Jacques Chazalet, Xavier Beulin et Karen Serres.
Discussion entre le Chef de l’Etat, Jacques Chazalet, Xavier Beulin et Karen Serres. - © S. Chatenet

Des orientations qui vont dans le bon sens

 

Tout en regrettant que la revalorisation de l’ICHN ne joue pas à plein dès 2014, la FRSEA Massif central se félicite que ses positions aient inspiré les choix français.

« Les annonces du président de la République constituent une avancée significative pour les agriculteurs du Massif central », explique Jacques Chazalet, président de la FRSEA Massif central. Si la consolidation des enveloppes destinées aux aides animales couplées (vaches allaitantes, ovins, caprins, lait de montagne) et la création d’une aide à la vache laitière « vont dans le bon sens », les responsables professionnels regrettent que « la production porcine soit totalement passée sous silence ». Ils saluent le doublement de l’enveloppe destinée à la modernisation des bâtiments d’élevage et l’effort consenti en faveur de l’installation. « Il nous faut rester vigilants sur la mise en musique concrète de toutes ces annonces », estiment unanimement les professionnels.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,