L'Auvergne Agricole 09 février 2012 à 11h43 | Par C. Jahnich/PAP

Série limitée McDonald’s - Trois fromages AOP d’Auvergne décrochent le premier rôle

Comme l’hiver dernier, McDonald’s relance sa série limitée "Les grandes envies de fromage". La nouveauté : en plus du cantal AOP, il y aura aussi des hamburgers à la fourme d’Ambert et au saint-nectaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un mariage original entre des fromages anciens et un mode de consommation moderne.
Un mariage original entre des fromages anciens et un mode de consommation moderne. - © C.Jahnich

L’année dernière, 4,6 millions de Mc cantal ont été dévorés par des consommateurs saisis d’une «très grande envie de fromage». Avec un tel succès, il était tentant de remettre le couvert en 2012. Non sans innover. Les consommateurs n’aiment pas le réchauffé. Cette année, la suite de la série «Les grandes envies de fromages» débarquera donc dans les 1 226 restaurants Mc Donald’s de France avec un casting élargi à trois AOP d’Auvergne : le cantal, la fourme d’Ambert et le saint-nectaire(1).

L’opération, qui implique les mêmes partenaires (McDonald’s France, Les Fromageries Occitanes et les interprofessions), a été officiellement lancée jeudi 2 février dans le restaurant de Saint-Flour. «Cette offre élargie symbolise la volonté de l’enseigne de développer son ancrage territorial, a expliqué Nawfal Trabelsi, vice-président de marketing France chez McDonald’s. Au départ, les consommateurs viennent chez nous pour l’exotisme et pour la tranche d’américanité que nous représentons, mais ensuite, ce qu’ils attendent de nous, c’est que nous soyons capables d’innover en nous inspirant des cultures locales. Un pas vient d’être franchi avec les AOP : les gens ont adoré.»

Comme en 2011, ce sont Les Fromageries Occitanes (LFO) qui fourniront la matière première : 183 tonnes de cantal jeune de l’usine de Saint-Mamet, 61 tonnes de fourme d’Ambert de Saint-Flour et 86 tonnes de saint-nectaire de Lanobre. «Les AOP sont des fromages souvent oubliés: il fallait créer la proximité. J’espère que ces trois produits vont en profiter», a commenté Eric Cothenet, directeur général de LFO. Ce dernier a insisté sur «l’exigence de qualité demandée par l’enseigne : les standards sont très élevés. Les prix d’achat ? Tout ce que je peux vous dire, c’est que la relation est équilibrée : McDo paie la qualité.» La recette qui a fait le succès du Mac cantal version 2011 reste inchangée : deux tranches de pains, un steak, de la salade et une «belle tranche de fromage AOP» nappée de sa sauce. «Pourquoi ça marche ? Parce que les produits de qualité, ça fonctionne, et que nous faisons des produits de qualité depuis des années !», s’est enthousiasmé Jean-François Coudray, directeur des restaurants de Saint-Flour et d’Aurillac. Celui-ci table sur 10 millions d’hamburgers vendus entre le 15 février et le 27 mars et se dit déjà prêt «à prendre rendez-vous pour l’année prochaine.» Vincent Descœur, président du Conseil général et député du Cantal, s’est réjoui «d’un mariage original entre un des fromages les plus anciens et un mode de consommation moderne». Enfin, la ministre Marie-Anne Montchamp, de passage à Saint-Flour, a souligné «un bon partenariat et une intelligence collective au service d’un développement durable et responsable.»

 

 

(1)La chaîne propose aussi un hamburger au fromage de chèvre.

- © C.Jahnich

L’AOP cantal stabilise ses ventes

Selon Michel Lacoste, président du Cif, le travail de la filière commence à porter ses fruits

Michel Lacoste est optimiste. D’abord parce que si McDonald’s renouvelle son opération avec l’AOP Cantal, c’est que le succès a été au rendez-vous l’année dernière. "Le Mac Cantal a très bien marché", se félicite-t-il. Ensuite, parce que les retombées d’une telle opération sont de deux types. "D’abord les tonnages. Grâce aux hamburgers au cantal, nous avons vendu 180 tonnes de cantal jeune en six semaines, soit 1,2 % des volumes annuels. Cela paraît peut-être peu, mais après le décrochage que nous avons subi en 2009, cela permet un début de stabilisation." L’autre point positif, mais plus difficile à mesurer, est l’impact médiatique. "Pour sa campagne sur les hamburgers au fromage qui a duré 40 jours, McDonald’s a investi dans ses spots publicitaires ce que nous pourrions mettre en une année ! Et puis l’intérêt, c’est qu’il montre une autre façon de consommer du cantal, en dehors du plateau de fromage." Le président du Cif insiste : certes, avec 13 800 tonnes de cantal commercialisées en 2011, les volumes ne sont pas encore au rendez-vous, mais le travail de la filière est en train de payer. "McDonald’s n’aurait jamais accepté de travailler avec nous si notre AOP avait été creuse, explique-t-il. C’est une reconnaissance des efforts qualité que nous avons fait depuis 2007. Ce partenariat est bénéfique pour l’ensemble de la filière qui a tout intérêt à la fois à chercher la valorisation par les prix, mais aussi à progresser en terme de volumes." Enfin, Michel Lacoste se réjouit que pendant les quelques semaines à venir, l’AOP cantal, aux côtés de la fourme d’Ambert et du saint-nectaire, occupe l’espace médiatique. "Nous préparons une nouvelle campagne de promotion, mais elle ne débutera que fin décembre 2012", explique-t-il. Est-ce qu’on y retrouvera les aventures décalées de la pauvre Chantal ? Réponse dans quelques mois…

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui