L'Auvergne Agricole 09 juin 2011 à 11h32 | Par UDSEA

Sécheresse - Mobilisation des organisations agricoles

Le 7 juin dernier, des représentants des organisations agricoles (1) étaient invités par l'Udsea pour échanger sur la sécheresse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Claude Raynaud a réuni le Comité sécheresse du département.
Claude Raynaud a réuni le Comité sécheresse du département. - © Udsea

Voici un cours résumé des débats et des décisions prises à la rencontre du 7 juin.

 

Opération paille de la Marne

Les premiers résultats du recensement effectué par les Pra montrent un besoin de 15 000 t de paille pour le Puy-de-Dôme. Le principal problème est le transport de la paille de la Marne jusque dans le Puy-de-Dôme. Tant que cette question n'est pas réglée il n'est pas possible d'annoncer un prix ... qui de toute façon sera élevé. Claude Raynaud a rencontré les fédérations de transporteurs et établi un premier contact avec la Sncf. Une flotte de 40 à 50 camions dédiée à cette opération est envisagée pour effectuer une dizaine de voyages par jour. Claude Raynaud se rendra avec Gérard Renard et Patrick Levet dans la Marne, vendredi pour rencontrer les responsables syndicaux de la Fdsea 51.

 

Cultures dérobées

Cette nouvelle ressource fourragère éviterait l'achat de fourrages extérieurs au département coûteux à transporter. Les agronomes et nutritionnistes de la Chambre d'agriculture, de l'EDE et de Limagrain préconisent l'uti-lisation de vesce/avoine, de ray-grass, de sorgho, de colza ou de maïs fourragers, selon l'utilisation attendue et le type de récolte envisagé. Des journées techniques sur ce thème sont programmées. Pour le département, l'objectif est d'implanter au moins 2500 ha de cultures dérobées. Si le temps le permet, c'est une occasion inespérée de sauver l'année fourragère, d'éviter des décapitalisations de cheptel massives et de conforter la production laitière. Avec sa complémentarité plaine/montagne le Puy-de-Dôme a une belle carte a jouer.

 

Pulpes de betteraves, maïs

Les disponibilités en pulpes de betteraves seront mieux connues dans quelques semaines. Elles seront plus importantes que les années précédentes. Il y a 350 ha de betteraves supplémentaires cette année. Sur un autre plan, Limagrain a donné un accord de principe pour que les lignées mâles de maïs semence soient ensilées. La faisabilité technique est en cours d'expertise.

 

Financement des achats de fourrages

Le Crédit agricole proposera des prêts de trésorerie pour l'achat de pailles, de fourrages et d'aliment du bétail. Ces prêts sont réservés exclusivement à ce type d'achats et bénéficieront de taux de 1,5 % à 2 %.

 

(1)- JA, Chambre d'agriculture, EDE, GDS, Crédit agricole, Groupama; MSA, FD CUMA, Sucrerie de Bourdon, Limagrain,...

Xavier Beulin, président de la Fnsea

Sécheresse : l’appel de la FNSEA à la solidarité générale

 

Dans une récente déclaration à la presse, le président de la Fnsea a appelé l’ensemble des acteurs nationaux à se mobiliser pour aider les agriculteurs français à faire face aux graves effets de la sécheresse. Xavier Beulin explique que « l’agriculture souffre » et que la solidarité paysanne au travers des contrats de paille entre éleveurs et céréaliers « n’est pas » et « ne sera pas suffisante ». « Il faut faire plus, il faut faire mieux. Il s’agit de mobiliser l’ensemble des acteurs et, avouons-le, toute initiative solidaire va dans le bon sens », poursuit-il. La Fnsea appelle encore à ne « pas broyer la paille disponible pour la garder afin de maintenir les animaux en vie».

« Face à la sécheresse, face au destin, face au défi alimentaire, l’heure n’est plus à tergiverser, l’agriculture doit redevenir une grande cause nationale », souligne le président de la Fnsea. Et d’ajouter :

« J’attends du Président de la République les mots et les actes qui peuvent donner cet espoir et montrer le réel besoin d’agriculture. » Xavier Beulin juge qu’il faut « avant tout reconstituer les trésoreries des exploitations » et que, sur ce point, le Gouvernement, l’Union Européenne, les banques, les organismes sociaux et les assurances « sont attendus ». Des départements fauchent l’herbe autour des routes, certains particuliers donnent le foin issu de leurs parcelles et la Sncf pourrait rouvrir ponctuellement des gares rurales pour le fret de paille. « Pourquoi pas une action solidaire aux péages d’autoroutes pour le transport de paille… gratuit. Quid de l’armée et de ses équipements pour nous aider ? Tout cela peut donner de l’oxygène aux paysans », ajoute le président de la Fnsea.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui