L'Auvergne Agricole 20 juin 2007 à 00h00 | Par C.Rolle

Riches monts - Retour du prix du lait sur les exploitations : les producteurs sont impatients

La coopérative Riches monts poursuit son adaptation en lien avec le groupe Sodiaal et invite les producteurs à croire en l’avenir du métier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Yves Soulhol directeur, Michel Thouly et Gérard Budin ont tenté de rassurer les producteurs sur l’avenir du lait
Yves Soulhol directeur, Michel Thouly et Gérard Budin ont tenté de rassurer les producteurs sur l’avenir du lait - © Auvergne Agricole
Le prix du lait : voilà un thème sur lequel les producteurs n’hésitent pas à faire valoir leurs inquiétudes. Ce fut le cas lors de l’assemblée générale de la coopérative Riches monts qui s’est tenue lundi à Clermont Ferrand en présence de Gérard Budin, président de Sodiaal.

L’attente d’un signe fort

Celui-ci a incité ses collègues producteurs à croire encore en l’avenir de la production et au métier de producteur laitier. « Certes, le prix du lait ne pourra pas atteindre les niveaux du beurre ou de la poudre, néanmoins, la hausse va être réelle » insistait-il. Un message optimiste qu’aimeraient partager les producteurs mais qui, pour le moment, ne trouve pas écho dans les campagnes. « Nous avons surtout besoin d’un signe fort de la part des entreprises pour retrouver le moral et redonner au jeune l’envie de faire du lait. Et ce signe passe d’abord par le prix du lait ! » se sont exprimés avec force Gérard Groisne et Charles Schiettekatte, éleveurs laitiers dans le Puy de Dôme. « Nous avons accepté les baisses pendant cinq ans ; aujourd’hui, l’augmentation du prix du lait doit être répercutée aux producteurs!»
Pour Pascal Servier, président de la Fédération départementale des producteurs de lait (Fdpl), « il faut que tout le monde puisse vivre du lait mais pas sur le dos des producteurs ! ». Des réactions en chaîne qui ont fait dire à Michel Thouly, président de Riches monts, «qu’en cette sortie de crise le meilleur levier pour relancer la production c’était la rentabilité, et que l’effort de tous était nécessaire ».

 

Le président a  rappelé, dans ce contexte difficile, la mise en place en 2006 d’un projet d’entreprise axé sur des économies internes et sur la recherche d’alliances et de partenariats, dans un souci d’efficacité.
Le président a rappelé, dans ce contexte difficile, la mise en place en 2006 d’un projet d’entreprise axé sur des économies internes et sur la recherche d’alliances et de partenariats, dans un souci d’efficacité. - © Auvergne Agricole
La restructuration en marche
Le président a d’ailleurs rappelé, dans ce contexte difficile, la mise en place en 2006 d’un projet d’entreprise axé sur des économies internes et sur la recherche d’alliances et de partenariats, dans un souci d’efficacité. Ce projet s’intègre dans le plan stratégique de Sodiaal initié en 2006 et basé sur trois axes : une refonte de l’organisation, une stratégie claire pour les quatre métiers du groupe et la mise en place de nouveaux modes de management. Le projet est en marche: les pouvoirs de décision ont été regroupés, les Directions commerciale, marketing, développement et qualité ont été transférées de Lyon à Paris. La branche lait de consommation est en phase de restructuration avec la fermeture de l’usine de Ressons sur Matz (Oise) et l’arrêt, en septembre 2007, de l’atelier embouteillage lait de Clermont Ferrand. La création de cinq bassins laitiers opérationnels chargés d’optimiser les flux de matière entre la ressource laitière et les outils industriels vient abonder ce plan d’actions, au même titre d’ailleurs que l’émergence d’un partenariat entre Sodiaal et Bongrain sur les activités fromagères et une approche sur le devenir stratégique de Yoplait. Enfin, à l’automne, les producteurs seront amenés à se prononcer sur la fusion des sept Unions régionales(1) au sein d’une même coopérative. Pour Gérard Gros, membre du comité de direction de Sodiaal, « cette restructuration nous permettra d’affronter les nombreux défis à venir avec confiance et détermination».
Au-delà de toutes ces questions de fond, l’assemblée générale de Riches monts n’a pas manqué de dresser le traditionnel bilan de l’année écoulée marqué par une collecte laitière stable (plus de 2 millions de litres de lait supplémentaires produits sur l’été), un niveau de qualité correct, une implication forte des producteurs dans La route Du Lait (68 % des volumes soit 1070 exploitations) et le succès des ACAL professionnelles sur trois des neuf départements de Riches monts qui ont accepté le système (Aveyron, Allier, Lozère).

(1) Les sept Unions régionales sont : ELNOR, EST-LAIT, ORLAC, RICHES MONTS, SULLY, TEMPE-LAIT et UCALM.

Damien Lacombe, vice-président de Riches monts, a présenté la réorganisation des bassins laitiers
Damien Lacombe, vice-président de Riches monts, a présenté la réorganisation des bassins laitiers - © Auvergne Agricole
Ils ont dit…

-Damien Lacombe, vice-président de Riches monts
«nous avons tous passé une période difficile. Quand on annonce des hausses substantielles du prix du lait, il faut savoir aussi l’apprécier et développer un message positif pour stimuler la production et inciter les jeunes à faire du lait ».

- Michel Thouly, président de Riches monts
« Notre coopérative doit relever le défi de la compétitivité en étant performante et en mettant en place des projets et des stratégies. Nous sommes sur la voie d’une entreprise qui va renforcer sa rentabilité pour faire vivre son système coopératif ».


- Michel Magimel, directeur régional de l’agriculture et de la forêt
Sur les ACAL, le Draf a précisé qu’il n’y avait pas de décision de prise pour le moment,
« mais la possibilité devrait être encore ouverte et sera connue dans les prochaines semaines » En réponse à l’intervention du président Budin, Michel Magimel a confirmé «que l’agriculture était en train de retrouver une place stratégique et qu’à ce titre elle devait être présente au Grenelle de l’environnement organisé, cet automne, par le gouvernement».

Zoom sur…
Naissance d’un bassin laitier
Le plan stratégique de Sodiaal prévoit la création de cinq bassins laitiers opérationnels pilotés par cinq directeurs coopératifs régionaux. Celui du Sud-Ouest Auvergne est dirigé par Yves Soulhol, directeur de Riches monts et de Tempé-Lait. Il regroupe trois sections :
- Auvergne-Limousin : 1170 sociétaires, 189 M de litres de lait
- Sud Massif central : 852 sociétaires, 160 M litres
- Sud Ouest : 820 sociétaires, 180 M litres
Plusieurs sites de production sont répartis sur l’ensemble du Bassin : Auzance, Clermont-Ferrand, Brioude, Rodez, Le Vigan et Montauban. L’objectif est de livrer le lait au plus près de la collecte afin de gérer les flux et de réaliser des économies d’échelle. C’est dans ce sens que des accords sont passés avec d’autres entreprises telles que Comalait, 3A, Danone, Lactalis ou Leche Pascual.



Gérard Budin, président du groupe Sodiaal
Gérard Budin, président du groupe Sodiaal - © Auvergne Agricole
Gérard Budin, président du groupe Sodiaal

« L’agriculture redevient stratégique »

Invité à s’exprimer sur la situation du marché laitier, le président de Sodiaal s’est voulu résolument optimiste en assurant «un avenir prometteur aux producteurs ».
« Le secteur est redevenu stratégique car il est vital pour nourrir et satisfaire de nouvelles utilisations »
Face aux deux tendances qui vont s’affronter- celle des anglo saxons qui prônent le laisser faire du marché et celle qui réclame une certaine organisation pour se substituer à ce qui disparaît -Gérard Budin souhaite « le développement d’une vision réaliste, tactique et pragmatique dans laquelle le lait évolue en prenant en compte la compétitivité mais aussi la localisation des usines, des bassins de productions et l’équilibre de territoires(…) Lors des prochains rendez-vous sur le bilan de santé 2008 et la période intermédiaire jusqu’en 2013, nous devons tout mettre en oeuvre au niveau de l’Europe pour éviter le pourrissement de la PAC, organiser l’interprofession en France et régionaliser les politiques de gestion. Ce sont là des challenges passionnants qui nous ouvrent de nouvelles opportunités » a conclu optimiste le président Gérard Budin.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui