L'Auvergne Agricole 18 juillet 2018 à 14h00 | Par C.Rolle

«Quel manque de considération, d’ambitions et de courage politique !»

David Chauve, Président de la FNSEA 63

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © @DR

Depuis des années, la profession tire régulièrement la sonnette d'alarme face au manque de perspectives, de lisibilité et de transparence dans le fonctionnement des filières notamment au niveau de la répartition de la valeur.

Il y a un an, au travers des EGA, le Président Macron semblait vouloir remettre à plat ce gigantesque dossier où la construction du prix et la répartition des marges étaient devenues des sujets tabous. La FNSEA s'est investie sans retenue dans ces travaux puisqu'ils sont parfaitement dans la ligne de nos revendications : plus de prix et moins de normes.

Suite à un travail de fond mené auprès des députés et des sénateurs pour porter nos messages et surtout nos amendements au niveau du projet de Loi Alimentation, ces deux assemblées ont validé nos propositions : coût de production diffusé par les interprofessions, importations distorsives interdites, encadrement des promotions… Les parlementaires les ont votées, certes avec seulement quelques voix d’avance mais systématiquement contre l'avis du gouvernement, ça interpelle !!!

Pire, le débat aurait dû être clos suite à l'avis favorable de l'assemblée nationale et du sénat. C'est la règle. Mais force est de constater qu'une fois de plus le gouvernement pratique le double langage puisque le rapporteur J B Moreau député LREM a fait échouer la Commission Mixte Paritaire renvoyant ainsi à nouveau le débat à l'assemblée nationale alors que tout était réuni pour avancer concrètement. C'est SCANDALEUX, HONTEUX, ECOEURANT et DANGEREUX mais c’est malheureusement le parfait reflet de la façon de fonctionner de ce gouvernement qui consulte pour la forme sans aucune intention de vous écouter.

Où sont la démocratie et le respect des institutions ? Qu'en pensent réellement les élus de la majorité ? Peuvent-ils cautionner de telles manœuvres ? Au vu des positions gouvernementales sur le dossier agricole, souhaitons que le Président de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, candidat LREM aux législatives, il y a un an, se réjouisse aujourd'hui de ne pas être élu de la majorité. Pas sûr !!!

Dans un mandat il y a des marqueurs. Les EGA en sont un. Ils sont une étape déterminante car les attentes sont fortes et les enjeux vitaux pour la profession. Pour notre part, le combat continu, mais il est urgent pour les décideurs d'arrêter de prendre les paysans pour des idiots et d'avoir enfin une réelle approche économique du secteur agricole : ras le bol des débats de « bobos » déconnectés de toute réalité de terrain et qui fragilisent tous les jours un peu plus tout un pan de l’économie de nos territoires.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,