L'Auvergne Agricole 12 décembre 2018 à 14h00 | Par L'auvergne Agricole

Que le Gouvernement tienne ses promesses maintenant !

Exaspérés par l’immobilisme du Gouvernement dont les annonces ne se concrétisent pas sur les exploitations, la FNSEA et JA manifestaient leur ras le bol devant la DRAAF mardi dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
FNSEA et JA mobilisés devant la DRAAF.Comment se positionnent les autres syndicats ?
FNSEA et JA mobilisés devant la DRAAF.Comment se positionnent les autres syndicats ? - © FNSEA63

En réponse à l’appel à mobilisation nationale, une centaine d’agriculteurs a manifesté devant la DRAAF ce mardi pour exprimer son exaspération. David Chauve, président de la FNSEA 63 rappelle « en janvier dernier, venu dans le Puy-de-Dôme pour présenter ses vœux à la profession, le président de la République a fait des annonces séduisantes, notamment le renversement rapide de la construction des prix pour que les agriculteurs soient rémunérés « avec le juste prix payé ». Un an après, nous n’avons rien vu venir sur les exploitations ! ».

Des prix en marche avant


La revendication des agriculteurs porte avant tout sur le prix à la production. Depuis plus d’un an, avec le lancement des États Généraux de l’Alimentation, le Gouvernement a annoncé vouloir rebattre les cartes et assurer un prix rémunérateur aux agriculteurs. Aujourd’hui, la loi Alimentation est votée mais son application nécessite des ordonnances qui attendent d’être rédigées. « Les négociations commerciales 2019 se tiennent en ce moment » alerte le président de la FNSEA 63, « C’est donc maintenant qu’il nous faut les outils législatifs, pour enclencher une dynamique des prix en 2019 ! »

Stop à l’agribashing


Depuis des mois les agriculteurs subissent le harcèlement des détracteurs de l’agriculture. Les récentes attaques contre l’agriculture sont rappelées : la dénonciation de fermes usines, la « start-up d’État glyphosate »... Baptiste Arnaud, président de JA 63 estime que « l’État doit intervenir pour à nous défendre contre ces attaques ».

Sortir de la logique punitive


Prochainement, doit être votée une redevance pour pollution diffuse qui s’ajoutera aux contraintes précédentes (séparation vente - conseil…). « Nous sommes d’accord de participer à la transition écologique, la FNSEA a d’ailleurs proposé un “contrat de solutions” » rappelle David Chauve, « mais cela ne sera possible qu’à condition de sortir de la logique punitive et d’avoir des prix rémunérateurs. »


Fabienne Antheaume

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Serge (63) | 12 décembre 2018 à 18:39:53

la soit disant pollution et l'écologie sont uniquement un prétexte pour ramasser de l'argent !!! toutes les saloperies du genre de hulot ne méritent pas d'exister !!!!

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui