L'Auvergne Agricole 15 avril 2015 à 08h00 | Par Communiqué

Prix du lait, pour un juste rééquilibrage

Faisant écho à la Frsea Massif central, le président de la Fdpl du Puy-de-Dôme, David Chauve, demande aux entreprises laitières de jouer la carte du rééquilibrage des prix.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Prix du lait illustration
Prix du lait illustration - © Auvergne Agricole

Depuis 2011, les mécanismes de détermination des prix du lait en France font référence aux prix pratiqués en Allemagne. Acté par accord interprofessionnel puis repris dans la plupart des contrats et règlements intérieurs de coopératives, cet alignement avec l’Allemagne provient d’une demande forte des entreprises laitières suite à la crise de 2009. Concrètement pour un mois donné, il s’agit de corriger le prix si l’écart avec l’Allemagne au mois m-3 est supérieur à 10 €/1000L et/ou si l’écart de la moyenne des prix des 12 derniers mois est supérieur à 8 €/1000L.

« Après quatre années d’application, il est temps de faire le bilan, explique David Chauve. En période de conjoncture favorable, les entreprises laitières françaises ne rémunèrent pas le lait au niveau auquel elles se sont engagées. Quand la conjoncture est défavorable, elles tendent à rééquilibrer la situation mais sont loin de compenser ce qu’elles auraient dû payer aux producteurs. »

La Fédération des producteurs de lait du Puy de Dôme (Fdpl63) ne remet pas en cause le lissage des pics de volatilité mais demande que l’équation égale zéro. « Il n’est pas acceptable que les producteurs de lait soient la variable d’ajustement du manque de compétitivité des entreprises laitières françaises» commente David Chauve. «Les prix du lait actuellement pratiqués dans le Massif central sont très bas. C’est certes une conséquence de la baisse des marchés internationaux sur le deuxième semestre 2014, mais le principe du lissage des pics de volatilité doit permettre de maintenir un niveau de prix supérieur.»

Aussi, la Fdpl du Puy-de-Dôme et la Frsea Massif central, demandent que les entreprises françaises rattrapent en 2015 les euros non versés aux producteurs depuis 2011. «Ce rattrapage doit commencer par un prix du lait sur le premier semestre 2015 de l’ordre de 320 €/1000L. Et compte tenu de la reprise des marchés laitiers depuis le début de l’année, les entreprises laitières doivent s’engager sur un prix du lait minimum de 340 €/ 1000L sur l’année 2015» insiste le président David Chauve.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui