L'Auvergne Agricole 10 juin 2020 à 10h00 | Par M. Comte

Pourvu que la vendange soit belle…

Après une année d’une extrême sécheresse, la vigne repart de plus belle avec la promesse d’une belle récolte.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

C’était du jamais vu. En 2019, les vignes du Puy-de-Dôme souffraient de l’extrême sécheresse au point que certains vignerons ont observé, impuissants, des jeunes pieds sécher. « La récolte 2019 était une misère » vous diront-ils, mais les plus anciens d’entre eux vous répondront « qu’après une mauvaise année il y en a toujours une bonne ». La prochaine vendange promet d’ores et déjà d’être belle. Les pluies régulières de ces derniers mois ont permis aux vignes de développer leur végétation. L’alternance avec des périodes de soleil et de chaleur douce a quant à elle, favorisé la floraison. Les prémices de belles grappes se dessinent dans un écrin indemne de maladies.

De l’espoir en grappe

« Les vignes sont superbes, rien à voir avec l’année dernière. » A Boudes, Annie Sauvat a le sourire dans la voix. Rien que la semaine dernière, plus d’une quinzaine de millimètres de pluies ont arrosé ses vignes. Depuis une dizaine de jours, elle palisse ces dernières avec plus de deux semaines d’avance sur le calendrier. « Elles sont très en avance. » La floraison est déjà terminée et « si tout reste dessus il y aura de belles grappes ». Ses parcelles sont saines même si la vigneronne reste vigilante sur le mildiou dont la propagation est stimulée par le temps chaud et humide.

Près de Chauriat, Sylvain Vernière est lui aussi sur ses gardes. Ses vignes tombent tout juste leur capuchon, signe d’une floraison passée. Le développement végétatif est « très prononcé » grâce aux pluies. « Dans les parcelles plus sèches, les vignes sont moins en avance parce qu’elles ont beaucoup souffert en 2019 » précise-t-il. Le jeune viticulteur, installé l’année dernière, espère connaître sa première vendange « normale ». Si les orages de grêles l’inquiète, il n’est pas moins soucieux des précipitations à venir. « Nos vignes sont sous perfusion. Les sols n’ont plus de réserve. Déjà ce printemps, il était temps que la pluie arrive ! Il faudra des précipitations cet été pour avoir du raisin. » Plus au nord à Châteaugay, Pierre Goigoux prédit les premières vendanges pour la fin du mois d’août. Une date «extrêmement rare pour les Côtes d’Auvergne […] il n’y a plus de normalité ».

- © @DR

Le début des mauvais jours

A condition que les prochains mois soient toujours aussi favorables, les vignerons et viticulteurs puydômois devraient réaliser de belles vendanges. Si tel est le cas, ils pourront remplir leurs caves. Du moins, espèrent-ils, car mis à part la météo, la crise sanitaire est passée par là. Ces trois derniers mois, certains d’entre eux ont perdu jusqu’à 90% de leurs ventes, à l’image de Pierre Goigoux. « Je vends essentiellement aux restaurants et aux cavistes. Confinement oblige, pas une bouteille n’est sortie de ma cave. La récente réouverture des restaurants ne change rien. Les restaurateurs restent prudents et ils ont le stock. Les ventes ne sont pas prêtes de repartir. » Le vigneron est désabusé par la situation et se sent complètement abandonné. « La vigne ne connaît pas le confinement. Je n’ai donc pas pu mettre mes salariés au chômage partiel. Les vignerons ne reçoivent aucune aide, de nulle part. » Annie Sauvat a elle aussi subi cette crise de plein fouet : « -70% sur avril et mai ». La vigneronne de Boudes reçoit quelques clients mais « ce n’est pas la foule des grands jours ». Après une année de sécheresse et de mauvaise récolte, l’année 2020 et sa crise sanitaire/économique est encore plus difficile à avaler.

Elargissement de la zone AOC : jusqu’au 20 juillet 2020 pour s’exprimer

Le comité national de l’INAO, réuni en séance du 6 février 2020, a approuvé les propositions concernant l’aire géographique de l’AOC Côtes d’Auvergne, et décidé leur mise en consultation publique. La liste des 59 communes formant cette aire géographique, toutes situées dans le Puy-de-Dôme, est la suivante :

Aubière, Aulhat-Flat, Authezat, Beauregard-Vendon, Billom, Blanzat, Boudes, Cébazat, Chadeleuf, Chalus, Chanonat, Chas, Châteaugay, Châtel-Guyon, Chauriat, Clermont- Ferrand, Corent, Cournon-d'Auvergne, Le Crest, Égliseneuve-près-Billom, Gimeaux, Glaine-Montaigut, Laps, Lempdes, Malauzat, Les Martres-de-Veyre, Ménétrol, Mur-sur- Allier, Montpeyroux, Neschers, Orbeil, Orcet, Pérignat-lès-Sarliève, Pignols, Plauzat, Prompsat, Reignat, Riom, La Roche-Blanche, La Roche-Noire, Romagnat, Saint-Amant-Tallende, Saint-Bonnet-lès-Allier, Saint-Georges-sur-Allier, Saint-Hérent, Saint- Julien-de-Coppel, Saint-Maurice, Saint-Sandoux, Saint-Yvoine, Sauvagnat-Sainte- Marthe, La Sauvetat, Sayat, Tallende, Vassel, Vertaizon, Veyre-Monton, Vic-le-Comte, Volvic, Yssac-la-Tourette.

 

Les personnes physiques ou morales ayant un intérêt légitime dans ce dossier peuvent adresser par écrit leurs réclamations éventuelles jusqu’au 20 juillet 2020, au site INAO de Tours (12 place Anatole France - 37000 TOURS) ou par courriel à l'adresse suivante : INAO-TOURS@inao.gouv.fr

 

Le dossier complet est consultable sur rendez-vous au site INAO susnommé (tél. : 02 47 20 58 38) aux jours et heures habituels d’ouverture des bureaux ; ainsi qu’au siège de l’Organisme de Défense et de Gestion de l’appellation : Syndicat des viticulteurs de la zone d’appellation d’origine Côtes d’Auvergne, 11 allée Pierre de Fermat à Aubière (tél. : 04 73 44 45 19).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui