L'Auvergne Agricole 09 janvier 2013 à 10h02 | Par Mélodie Brut

Portrait - « La protection environnementale doit être raisonnée »

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © M. Brut

51 ans, éleveur laitier en production Biologique sur la commune d’Orcines depuis décembre 2011. Environ 25 vaches de race Prim’Holstein et un quota de 178 000 litres de lait.

Eleveur en agriculture biologique, Serge Charret est membre de la liste présentée par Udsea-Ja. Installé en agriculture conventionnelle, il a réalisé sa conversion en 2010 sous le coup de réglementations environnementales, et plus particulièrement de normes de protection des eaux, très impactantes (70 % de sa surface concernée). L’incitation financière de la part de sa coopérative a également été un élément déclencheur. « Je ne suis pas dans l’idéologie du « tout bio ». Je vois les limites que ce type de production peut avoir telles que les charges de productions et les baisses de rendements. Pour moi, faire de l’agriculture française du 100 % biologique est inconcevable. Malheureusement, les consommateurs mais aussi certains professionnels et institutionnels ne le comprennent pas. Avant, quand j’épandais du fumier, j’étais un pollueur pour les riverains et les hydrogéologues. Aujourd’hui, je fais le même travail en Bio et les critiques ont disparu ! L’image de notre métier doit à tout prix changer et les normes environnementales doivent être raisonnées. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui