L'Auvergne Agricole 14 juin 2012 à 11h12 | Par C.Rolle

Mobilisation - Encourager l’achat citoyen de viande porcine français

La section porcine de l’Udsea du Puy-de-Dôme a mobilisé ses troupes mardi 12 juin afin de dénoncer l’absence d’étiquetage de l’origine des viandes de porc dans les grandes surfaces.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Devant une grande surface de Ménétrol la section porcine de l’UDSEA du Puy-de-Dôme s’apprête à identifier l’origine de la viande de porc.
Devant une grande surface de Ménétrol la section porcine de l’UDSEA du Puy-de-Dôme s’apprête à identifier l’origine de la viande de porc. - © HÉLÉNA CHAIZE

«Viande Porcine française : la mobilisation continue ! » tel est le message qui a guidé la mobilisation des producteurs de la section porcine de l’Udsea dans les supermarchés Carrefour à Ménétrol, et Leclerc à Enval.

Depuis 5 ans, la production porcine française connaît en effet une crise sans précédent. Le coût de revient d’un porc charcutier reste régulièrement supérieur au prix payé. «Cette situation est insupportable. Les éleveurs de porcs français sont en droit de pouvoir vivre de leur métier » explique Alain Robert, administrateur de l’Udsea et président de l’Union régionale porcine Auvergne Limousin.

Mais vivre de son métier suppose une meilleure valorisation de la production française. C’est en ce sens que la mobilisation des producteurs de l’Udsea du Puy-de Dôme s’est organisée mardi dernier. Leur objectif était d’alerter les grandes surfaces sur la nécessité d’identifier clairement l’origine de la viande porcine. « La mise en avant de la production française doit susciter l’achat citoyen et faire augmenter la demande en produits français pour, à terme, faire remonter les cours » estiment les producteurs de la section porcine de l’Udsea. Ils souhaitent ainsi que la marque VPF devienne le moyen privilégié d’étiquetage de toutes les viandes et produits de charcuterie issus de porcs nés, élevés, abattus et transformés en France.

« Nous ne baisserons pas les bras et nous continuerons à nous mobiliser pour que le plus grand nombre de GMS entendent notre appel » conclut Alain Robert.

 

- © HÉLÉNA CHAIZE

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui