L'Auvergne Agricole 27 juin 2019 à 07h00 | Par Avec AFP et Agra

Ceta : le ministère confirme les craintes des éleveurs

Le ministère confirme que le Canada autorise bien l'utilisation de farines animales dans l'alimentation de son bétail.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un slogan choc pour alerter les consommateurs sur les dangers des accords de libre-échange Mercosur et Ceta (Canada).
Un slogan choc pour alerter les consommateurs sur les dangers des accords de libre-échange Mercosur et Ceta (Canada). - © SC

Ceta : le ministère confirme partiellement les craintes des éleveurs

À l'occasion d'un brief informel pour la presse, le ministère de l'Agriculture est revenu le 15 juillet, sur les polémiques sanitaires liées au traité de libre-échange entre l'UE et le Canada (Ceta). Le ministère confirme que le Canada autorise bien l'utilisation de farines animales dans l'alimentation de son bétail. Seule l'utilisation de farines issues de ruminants est interdite pour les ruminants. Dans l'Union européenne, l'ensemble des farines sont interdites (hors aquaculture). Le ministère confirme également que l'Union Européenne importera, au moins à court terme, des viandes canadiennes produites issues d'animaux ayant eu recours à des antibiotiques comme facteur de croissance. Un règlement européen, adopté en début d'année, prévoit toutefois l'interdiction de ces importations avant le 28 janvier 2022.

Des Insoumis à LR, le texte unit contre lui les oppositions

Menace sanitaire, écologique et agricole, ou bien accord commercial avec un pays ami et "gagnant pour la France" ? Alors que l''Assemblée nationale devait se prononcer ce mercredi sur la ratification du traité entre l'Union européenne et le Canada (Ceta), le projet d'accord est déjà éreinté par les oppositions, agriculteurs et ONG. Des insoumis au groupe LR, la défiance est unanime. Les élus de droite entendent s'y opposer si le volet agricole est maintenu. Leur chef de file Christian Jacob (LR), ancien agriculteur, a mis en garde contre un "double risque" sur la viande bovine : "sanitaire" et de "déstabilisation de la filière". Pour des raisons proches, les UDI et indépendants devraient se partager entre une "abstention vigilante" et un vote contre, Libertés et Territoires y voyant aussi "l'accord de trop pour la filière bovine". Même hostilité des groupes de gauche. Le PS dénonce un texte "incompatible avec les accords de Paris" et sans véritable "veto climatique" malgré les affirmations de la majorité. Le PCF y voit une "menace" pour l'environnement, l'agriculture et "notre modèle social". Plaidant pour "en finir avec le libre échange", les Insoumis pointent aussi le risque que "ça tourne fort mal" pour la filière bovine. Renvoyant dos à dos LR et socialistes, Jean-Baptiste Lemoyne a épinglé dans le JDD le "bal des reniements", alors que le Ceta a été négocié sous Nicolas Sarkozy et poursuivi sous François Hollande. Et Roland Lescure (LREM) de souligner que seules 36 fermes canadiennes peuvent exporter dans le cadre des normes européennes : "des cacahuètes". Mais "le Canada pourra nous envoyer de la viande élevée avec des farines animales", s'inquiète Richard Ramos (MoDem). Des animaux nourris avec de la "farine de sang d'animaux, du sang d'animaux déshydraté, des poils d'animaux hydrolisés"... "voilà ce que vous allez devoir manger", a lancé François Ruffin (LFI) en commission.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui