L'Auvergne Agricole 19 septembre 2019 à 15h00 | Par Presse Agricole du Massif Central

Les éleveurs demandent le respect de la loi

A la veille du Sommet de l'Elevage, les éleveurs du grand Massif central avertissent : les élus qui ont voté à la fois l'article 44 de la loi alimentation et le CETA ne seront pas les bienvenus. Question de cohérence et de respect des éleveurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Bruno Dufayet, Christian Bajard, Emmanuel Bernard et Patrick Bénézit.
De gauche à droite : Bruno Dufayet, Christian Bajard, Emmanuel Bernard et Patrick Bénézit. - © SC

 

Participation massive, lundi en début de semaine, à Aubière, pour la réunion des éleveurs du berceau des races à viande. Venus de la Nièvre, de la Saône-et-Loire, de la Lozère, de la Corrèze, de l'Aveyron, du Cantal, du Puy-de-Dôme...les responsables professionnels réunis autour du coordinateur, Christian Bajard, éleveur en Saône-et ont fait le point sur les dossiers du moment. Et autant dire qu'il n'y a pas que la température particulièrement chaude pour un 16 septembre qui a échauffé les esprits. Face à un terrain, ébranlé pour la seconde année consécutive par une sécheresse sans précédent, et des politiques qui multiplie les incohérences, les éleveurs disent stop. « Trop c'est trop, le moral des éleveurs est au plus bas. Au-delà du contexte climatique et économique plus que tendu, la colère gronde dans les campagnes face à des pouvoirs publics qui exigent des éleveurs tout et son contraire », a résumé Christian Bajard. Depuis le vote positif des députés en faveur du Ceta au début de l'été, et à la veille de l'examen du texte par les sénateurs (courant octobre), les éleveurs ont multiplié les actions. Et c'est loin d'être terminé. Les éleveurs entendent bien mettre les politiques face à leur contradiction, et exiger d'eux qu'ils appliquent les lois qu'ils ont voté.

Des députés hors la loi

En effet, à travers l'article 44 de la loi EGALIM, la France s'est engagée à interdire toute commercialisation de produits « pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d'aliments pour animaux non autorisés par la règlementation européenne ou ne respectant pas les exigences d'identification et de traçabilité imposées par cette même règlementation ». Il est indiqué à la fin de cet article que « l'autorité administrative prend toute mesure de nature à faire respecter cette interdiction. « La première de ces mesures devrait être, en vertu de la loi, de refuser de ratifier le CETA pour en exiger le retrait de la viande bovine », a expliqué Bruno Dufayet, président de la FNB. Pour Emmanuel Bernard, FDSEA de la Nièvre, « il y a de quoi douter de la volonté des pouvoirs publics de garantir un avenir aux paysans français quand leur politique se résume à nous taper dessus sans arrêt et à importer n'importe quoi ». A quelques jours de l'ouverture du Sommet de l'Elevage (2-3-4 octobre) à Clermont-Cournon, la pression monte. Et les éleveurs préviennent, « gare aux élus qui souhaiteraient profiter du Sommet pour raconte n'importe quoi. Le Sommet est un évènement sérieux ». Comprenez, les élus qui ont voté à la fois l'article 44 de la loi alimentation et le Ceta ne seront pas les bienvenus. A bon entendeur...

Sophie Chatenet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui