L'Auvergne Agricole 25 juillet 2018 à 14h00 | Par M. Comte

« Le parc de contention participe à l'équilibre des relations »

Le parc de contention, bien pensé et réalisé, assure à la fois sécurité, praticité et bien-être pour l'éleveur et ses animaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bruno Garde, éleveur de charolaises à Saint-Avit, a investi dans un parc de contention améliorant ses conditions de travail et son confort ainsi que celui de ses animaux.
Bruno Garde, éleveur de charolaises à Saint-Avit, a investi dans un parc de contention améliorant ses conditions de travail et son confort ainsi que celui de ses animaux. - © M.COMTE

La manipulation des animaux est bien souvent la première cause d'accidents dans les élevages. La MSA estime à 4 500 le nombre d'accidents annuels, causés par les bovins, soit 16% du nombre total des accidents du travail des non-salariés agricoles. Un événement de la vie professionnelle contre lequel Bruno Garde s'est prémuni. Éleveur de 45 vaches charolaises à Saint-Avit avec son épouse, il a construit un parc de contention pour, explique-t-il « sécuriser mon travail et celui des intervenants extérieurs, mais aussi gagner en rapidité, en confort et en bien-être ».

 

Un parc sur-mesure

Un parc d'attente, un couloir équipé d'une passerelle, une porte en triangle pour faciliter le tri des animaux, une cage de contention à pesée électronique et enfin une nouvelle aire d'attente, voilà la composition du parc de contention fixe du Gaec de Beaublange. Attenant au bâtiment d'élevage, cet outil a été conçu et pensé pour faciliter la vie de Bruno Garde. « J'avais déjà un parc de contention mobile et là je voulais quelque chose de fixe, fonctionnel et sécurisant pour nous et les différents intervenants. J'insémine moi-même mes animaux. C'est primordial d'avoir un outil permettant de réaliser cette opération délicate, rapidement et sans danger. »

Après avoir visité plusieurs élevages et essayé plusieurs systèmes, Bruno Garde a choisi les différents éléments composant son parc, en fonction de son élevage et de sa façon de travailler. Ainsi, les barrières du couloir de contention peuvent s'abaisser pour pouvoir accéder sans difficulté aux veaux. Une barre horizontale, déportée par rapport à la barrière, permet de soutenir au niveau des hanches l'éleveur ou l'intervenant travaillant sur la passerelle, au-dessus des animaux. Les risques de chutes sont ainsi diminués. « Le vétérinaire est bien mieux sur la passerelle, en hauteur, que derrière une simple stalle et moi aussi. Je peux intervenir seul sans prendre de risque, sans stresser et angoisser mes animaux. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui