L'Auvergne Agricole 21 mars 2013 à 08h00 | Par Mélodie Brut

La semaine de l’industrie - Une inauguration sous le signe des sollicitations

La troisième édition de la semaine de l’industrie a débuté. A cette occasion, le préfet de région s’est rendu à la Société Fromagère du Livradois.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Eric Delzant, préfet de la région Auvergne a été attentif aux explications de Didier Thuaire, directeur de la SFL, sur les techniques de fabrication du fromage.
Eric Delzant, préfet de la région Auvergne a été attentif aux explications de Didier Thuaire, directeur de la SFL, sur les techniques de fabrication du fromage. - © Mélodie Brut

Eric Delzant, Préfet de la région Auvergne, a officiellement lancé la semaine de l’industrie lors de sa visite le 14 mars dernier de la Société Fromagère du Livradois (SFL) à Fournols dans le Puy-de-Dôme. « Nous aurions pu aller chez Michelin, chez Constellium et bien d’autres mais nous sommes venus ici, à la Société Fromagère du Livradois, pour rappeler que les entreprises agro-alimentaires font aussi partie de l’industrie et que les PME sont des moteurs de la vie locale » a expliqué le préfet. Durant cette semaine de l’industrie, les entreprises ouvriront leurs portes aux visiteurs, organiseront des conférences, des ateliers pédagogiques et des expositions dans le but de faire découvrir leurs métiers. La SFL a donc ouvert le bal sous la direction de Didier Thuaire. Le directeur de l’entreprise familiale et président du CRIEL(1), a fait découvrir à Eric Delzant les spécificités de la fabrication fromagère.

Une industrie se construit

La SFL a été créée en 1949. Aujourd’hui elle produit plus de 7 000 tonnes de fromages dont la moitié sous AOP (Saint-nectaire, Bleu d’Auvergne, Fourme d’Ambert, Salers, Cantal). Elle possède quatre sites de production : Fournols (63), Allanche (15), Tauves (63) et un autre dans le secteur de Rocamadour (46) ; elle a également deux sites d’affinages à Salers (15) et Allanche. Au total, la société emploie plus de 130 personnes et collecte le lait auprès de quelque 200 producteurs. Ses principaux clients, hors frontières nationales, ne sont autres que les Etats-Unis et le Canada. «Nous avons eu la chance, dans les années 1980, de nous associer avec d’autres entreprises pour nous ouvrir à l’export» témoigne Didier Thuaire.

Malgré que l’heure soit à l’industrie et non à l’agricole, le directeur et président du CRIEL ose alerter Eric Delzant sur les problématiques de la filière.

Une filière tendue

Le coût des collectes, la charge des énergies, les exigences de la grande distribution, l’arrêt des quotas, le redéploiement des aides PAC… sont autant de sujets évoqués par le directeur de la laiterie mais sur lesquels le préfet ne s’est pas arrêté, ne souhaitant pas s’écarter des raisons de sa présence à la SFL… Claudine Lebon et Benoît Jacquemin respectivement directrice régionale et directeur adjoint de la DRAAF, s’intègrent quant à eux au débat en expliquant que des rencontres régionales seront organisées afin d’évaluer et de trouver des solutions aux handicaps des zones de montagnes. Néanmoins, Didier Thuaire n’en reste pas là : « L’industrie agro-alimentaire est particulière parce qu’elle a des fournisseurs qui travaillent sur du vivant. Les éleveurs doivent traire leurs vaches deux fois par jour et nous, l’entreprise, nous nous devons de collecter et d’acheter le lait même si nous n’en avons pas besoin. Nous travaillons ensemble parce que nous ne pouvons pas fonctionner l’un sans l’autre. L’avenir, nous devons le construire ensemble et même si c’est difficile nous devons comprendre les problématiques des uns et des autres. » Des paroles qui auront peut-être trouvé une oreille attentive… En attendant, l’heure est à la semaine nationale de l’industrie qui, comme l’a rappelé Eric Delzant, est un «des acteurs indispensables au territoire auvergnat. »

 

(1)Interprofession régionale laitière

Découvrir les métiers et l’emploi dans l’industrie

 

Le 23 mars prochain, à l’occasion de la semaine de l’industrie, les entreprises auvergnates organisent un « job datting » et un village de l’industrie Place de Jaude à Clermont-Ferrand. Lors de cette manifestation, des informations sur l’industrie régionale seront données au public et plus particulièrement aux jeunes et aux demandeurs d’emplois. D’ici 2015, l’industrie nationale pourrait recruter entre 80 000 et 100 000 hommes et femmes par an afin de rééquilibrer la pyramide des âges dans les entreprises.

Pour en savoir plus sur ce domaine professionnel, l’ONISEP (établissement public de l’orientation scolaire) a ouvert un site internet : monindustrie.onisep.fr

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui