L'Auvergne Agricole 12 septembre 2018 à 15h00 | Par L'auvergne Agricole

La réforme du TODE impacte le Puy-de-Dôme

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Environ 150 agriculteurs, originaires de toute la région Auvergne-Rhône-Alpes, étaient présents à Valence lors de cette opération.
Environ 150 agriculteurs, originaires de toute la région Auvergne-Rhône-Alpes, étaient présents à Valence lors de cette opération. - © APASEC

Les exploitations agricoles du département emploient de la main d'oeuvre saisonnière et seront impactées par cette évolution des charges sociales. Cela concerne notamment les systèmes en productions végétales où de nombreuses embauches sont faites sur la saison des récoltes pour des travaux sur la castration des maïs, la conduite d'engins pour les moissons, la récoltes de pommes de terre, le tri des oignons, le bâchage de betteraves, les vendanges... mais pas seulement.
Appliquée à la seule filière maïs semence, cette mesure couterait près de 400 000 € aux exploitations du département sans aucune compensation. En effet, environ 4000 ha sont castrés à la main à raison de 60 h de travail en moyenne par hectare, d'après le syndicat des maïs semence.
C'est la raison pour laquelle dès cet été, la FNSEA 63 s'est mobilisée pour informer les Parlementaires sur cette problématique et les sensibiliser à la nécessité de la mise en place d'un dispositif de remplacement du TODE.

Communiqué FNSEA 63

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Christiane (63) | 20 septembre 2018 à 18:36:40

Il est également bon de garder ce travail saisonnier, tel que la castration des mais, pour permettre aux jeunes, futurs étudiants ou autres de commencer à apprendre à travailler concretement; Et aussi se faire un peu d'argent de poche, pour financer leurs petites dépenses, ou participer aux frais de leurs'études ...A l'heure où l'on vante l'apprentissage ne dedaignons pas celui ci ! Christiane

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui