L'Auvergne Agricole 07 mars 2018 à 14h00 | Par Fabienne Antheaume

La Fédération nationale laitière défend un cap pour les producteurs

Invité de l’assemblée générale de la FDPL, André Bonnard, secrétaire général FNPL, a expliqué la stratégie et les avancées obtenues en matière de construction du prix du lait au producteur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À la suite de l’Assemblée Générale, les participants ont échangé avec les associés du Gaec Mélodie sur son choix de créer un atelier de fabrication fermière de Fourme d’Ambert.
À la suite de l’Assemblée Générale, les participants ont échangé avec les associés du Gaec Mélodie sur son choix de créer un atelier de fabrication fermière de Fourme d’Ambert. - © FDPL

Les discussions ont mis en évidence la complexité des rapports entre les acteurs de la filière dont les intérêts divergent dès qu’il est question de répartir la marge. « Pour tirer leur épingle du jeu, les producteurs doivent connaitre leur filière : son organisation, ses marchés, ses acteurs et leur stratégie.» résume le président de la FDPL. « Ce principe est valable dès l’échelon local. » Si l’essentiel des débats a porté sur le cadre national en cours d’élaboration, ce sera à chacun d’aller questionner sa laiterie pour savoir comment ce cadre sera mis en œuvre et comment la hausse du prix au consommateur lui reviendra.

 

Répartition de la marge, un travail de longue haleine

Dès 2015, le réseau FNPL a entamé un travail de fond pour que la distribution et les industriels cessent de se renvoyer la responsabilité de la baisse des prix et pour faire valoir le prix à la production dans leurs négociations. En 2016, la signature de la Charte des valeurs a mis en évidence la réticence des laiteries à s’engager. Devant le non-respect de la Charte, la FNPL a obtenu des mesures spécifiques dans la loi Sapin 2 (affichage du prix au producteur dans les conditions générales de vente et limitation des taux de promotion).

Renforcer le cadre des négociations commerciales

En 2017, les ateliers des Etats généraux de l’alimentation ont mis en évidence l’adéquation entre les pratiques des producteurs laitiers et les attentes du consommateur et de la société. Ce qui signifie que la montée en gamme réclamée par le Président Macron ne sera pas contraignante.

Le projet de loi sur l’alimentation prévoit d’entériner une hausse du prix au consommateur avec la hausse du seuil de revente à perte (SRP). André Bonnard, regrette que « dans le texte de loi, le mécanisme permettant l’inversion de la construction du prix ne soit pas plus précis. » L’enjeu repose désormais sur l’élaboration du cadre qui définit la façon dont cette revalorisation est répartie entre les acteurs de la filière. C’est tout l’objet du plan de filière (France Terre de Lait) écrit en fin d’année et qu’il faut concrétiser en parallèle du projet de loi.

Premiers effets en 2018

Les négociations commerciales annuelles entre les distributeurs et les industriels de l’agroalimentaire viennent de s’achever. Alors que le bilan en est globalement mitigé, la filière laitière a enregistré des accords avec des hausses moyennes de 4% par rapport à 2017, résultat des mesures de la loi Sapin, spécifiques aux produits laitiers. Des hausses de prix sont donc bien possibles, ce qui confirme l’intérêt de la définition de la répartition de la valeur du plan de filière.

Le plan de filière laitière «France Terre de Lait» est disponible sur demande à fnsea63@orange.fr

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Daniel (75) | 17 mars 2018 à 02:01:08

Contactez-moi au mail : lanouedaniel77@gmail.com Bonjour Monsieur / Madame Permettez-moi de vous contacter en ce Jour. Je voudrais vous informer que je suis un particulier qui offre des prêts financiers afin d'aider les personnes dans le besoin. Nous ne sommes pas sans ignores que la crise qu'a connu notre continent a affaiblit nos banques et nos instituts financiers. J'aimerais vous faire part de mon offre de crédit ou de prêt d'argent entre particulier, ce prêt est à portée de tous, que se soit chômeur, interdit ou fichier bancaire. Je m'adresse aussi aux personnes qui sont dans le besoin et qui recherchent une aide financière afin de voir réaliser leurs projets ou d'éponger leurs dettes. Je vous offre un prêt de 3.000 EURO à 5.000.000 EURO à toutes personnes capable de le rembourser avec intérêt au taux de 2% pour toute personne intéressé m'écrire, personne non sérieux, s'abstenir. Juste honnête et fiable. Contactez-moi au mail : lanouedaniel77@gmail.com

Daniel (75) | 17 mars 2018 à 02:02:48

Contactez-moi au mail : lanouedaniel77@gmail.com Bonjour Monsieur / Madame Permettez-moi de vous contacter en ce Jour. Je voudrais vous informer que je suis un particulier qui offre des prêts financiers afin d'aider les personnes dans le besoin. Nous ne sommes pas sans ignores que la crise qu'a connu notre continent a affaiblit nos banques et nos instituts financiers. J'aimerais vous faire part de mon offre de crédit ou de prêt d'argent entre particulier, ce prêt est à portée de tous, que se soit chômeur, interdit ou fichier bancaire. Je m'adresse aussi aux personnes qui sont dans le besoin et qui recherchent une aide financière afin de voir réaliser leurs projets ou d'éponger leurs dettes. Je vous offre un prêt de 3.000 EURO à 5.000.000 EURO à toutes personnes capable de le rembourser avec intérêt au taux de 2% pour toute personne intéressé m'écrire, personne non sérieux, s'abstenir. Juste honnête et fiable. Contactez-moi au mail : lanouedaniel77@gmail.com

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui