L'Auvergne Agricole 21 novembre 2018 à 16h00 | Par L'auvergne Agricole

La défense du métier fondée sur des projets et des actions

Réunis en Conseil d’administration commun JA + FNSEA à Marmilhat, les administrateurs ont amendé et validé le projet Elections Chambre d’agriculture 2019.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Auvergne Agricole

À J-66 jours de l’ouverture du scrutin des élections Chambre d’agriculture, le projet travaillé par les candidats a été présenté aux deux conseils d’administration réunis pour débat et validation. Etape importante pour les deux structures, qui approuvent ainsi les axes pour les six prochaines années.


« Le projet que nous souhaitons porter est réaliste et ambitieux », annonce Baptiste Arnaud, président de JA 63. La complémentarité nécessaire entre le réseau syndical et le réseau Chambre d’agriculture est réaffirmée et mise en évidence. « On a du défendre la profession avec nos seuls moyens syndicaux ; alors le schéma, tel que présenté, met en lumière la pertinence d’une Chambre d’agriculture pilotée avec une ligne affirmée » rappelle David Chauve.
Aussi, le projet met en évidence le « nous », car, pour les candidats et les administrateurs, chacun a un bout de solution. Une solution par les organismes agricoles, mais aussi une solution individuelle en s’investissant, en se joignant à des démarches novatrices… L’exemple le plus flagrant est celui de la communication, un axe fort du projet. Si les organismes peuvent apporter des outils de communication, chaque agriculteur a également matière à valoriser ses pratiques auprès de ses voisins, des scolaires et pourquoi pas sur les réseaux sociaux.

Des solutions en département


Au seul niveau départemental, de nombreux projets peuvent être menés et apporter une force aux agriculteurs, comme sur la préservation du foncier agricole, l’expertise, l’innovation, notamment. La proximité du niveau départemental est la meilleure façon de trouver des solutions adéquates pour les agriculteurs, face à des contraintes nouvelles ou des opportunités de marché.
Les administrateurs ont priorisé dans les axes celui de la rémunération, car déterminante pour les stratégies d’exploitation. L’installation et la transmission sont prioritaires également car tous s’accordent sur le fait qu’« en défendant l’installation on défend la globalité de la profession », explique Paul Bony, vice-président de la FNSEA 63. L’attractivité du métier sera renforcée par une agriculture rémunératrice et orientée vers le progrès.
Redonner de l’ambition à l’agriculture, c’est aussi faire cesser la déconsidération récurrente de l’activité agricole et valoriser les services rendus par les agriculteurs à la société. La communication est un axe important. Garantir la qualité des modèles alimentaires européen et français est un enjeu de taille, préserver le budget et une PAC cohérente non renationalisée est indispensable pour sécuriser les agriculteurs. D’ailleurs, JA + Fnsea 63 défendent d’ores et déjà la prochaine PAC, auprès des parlementaires européens, grâce à la force collective que représente le réseau.


Le projet voté à l’unanimité par les administrateurs


Prochain rendez-vous : mercredi 28 novembre pour le lancement de la campagne électorale. Les candidats seront présents sur l’exploitation de David Chauve, pour présenter le projet qu’ils souhaitent porter.

Les sujets d’actualité


Ils ne passent pas au second plan pour autant. Le dossier calamités sécheresse a été envoyé au national pour un passage en commission le 13 décembre. Avancer la date de passage en commission nationale est un choix pour gagner le maximum de temps dans l’indemnisation des agriculteurs. Les principes de l’aide du Conseil régional pour la sécheresse ont également été explicités.
A la veille de l’action des gilets jaunes, les présidents ont rappelé la ligne de conduite Fnsea et JA, de ne pas s’associer sur un aspect professionnel. Les deux organisations soutiennent cependant la défense de la ruralité, sous-jacente dans ce mouvement. La grève du ramassage des petits veaux a fait débat, même si un accord a été trouvé pour poursuivre l’achat et la prise en charge du test PCR par les commerçants de bestiaux. La désinsectisation des veaux en élevage reste conseillée.


Adeline Javion

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui