L'Auvergne Agricole 19 mars 2020 à 11h00 | Par M.Comte

La coopérative Limagrain mobilise ses ressources en faveur de l'irrigation

Le groupe Eau constitué par Limagrain travaille sur quatre thématiques dont les expertises seront partagées avec tous les utilisateurs de l'eau dans le Puy-de-Dôme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- ©

Au lendemain de sa pire campagne, Limagrain a décidé de replacer l'eau comme principal point stratégique. Un « Groupe Eau » a été constitué au sein de la coopérative auvergnate pour travailler sur plusieurs domaines de compétences. Éric Greliche, administrateur Limagrain et élu responsable du groupe explique : « nos expertises ne profiteront pas seulement à nous mais seront partagées avec l'ensemble des utilisateurs de l'eau (CCI, ADIRA, Chambre d'agriculture...) »

Entendre et se faire entendre

Parmi ses domaines de compétences, l'expertise juridique est le plus gros volet. En pleine période de révision des SDAGE, le « Groupe Eau » analyse ces derniers, et notamment celui de Loire-Bretagne, pour tenter de faire entendre la voix agricole dans leur prochaine édition en 2021. « Nous souhaitons une meilleure cohérence entre les trois SDAGE d'AuRA. Aujourd'hui, celui de Loire-Bretagne, interdit tout prélèvement supplémentaire dans la rivière Allier. Or, l'eau est essentielle au maintien des filières Limagrain, et au développement d'autres. »

Second angle d'action pour les coopérateurs : approfondir les relations avec les différentes institutions. Les agriculteurs intensifient les rencontres avec les Députés, les Ministères, les différentes OPA... Parler et faire parler de l'eau, et de son impérieuse nécessité dans la production agricole, est une action indispensable pour espérer voir les lignes bouger. Là encore, Éric Greliche met en avant la pensée et le travail collectif. « Nous devons oeuvrer ensemble, collectivement, pour développer la ressource sur le territoire à l'intention de tous les usagers. »

Effacer les doutes

Le « Groupe Eau » n'oublie pas pour autant son coeur de métier. L'agronomie reste un enjeu essentiel car « on peut avoir toute la ressource nécessaire, il faut quand même développer les techniques moins consommatrices d'eau ». Limagrain épluche donc tous les résultats issus d'anciennes expérimentations (goutte à goutte, rampes, pivots...). « Certaines d'entre elles seront relancées » selon le responsable. Enfin, le volet économique ne peut être oublié dans cette affaire. Le « Groupe Eau » s'est fixé l'objectif de mettre des chiffres en face de l'irrigation. Combien coûte-t-elle ? Combien rapporte-t-elle aux différents acteurs ? Quel chiffre d'affaires engendre-t-elle sur un hectare ? Autant de questions sur lesquelles se penchent les équipes de la coopérative pour fournir « des éléments factuels, concrets et percutants [...] aux personnes qui doutent encore » de l'importance de l'irrigation dans le Puy-de-Dôme.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui