L'Auvergne Agricole 11 février 2015 à 08h00 | Par Mélodie Comte

Istanbul à Paris, second cocorico puydômois

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les Gaec Astre, Cluzel-Heurtier et Garde vont conduire Istanbul au SIA dans l’espoir de décrocher le podium, car pour eux, Istanbul a tout d’un grand !
Les Gaec Astre, Cluzel-Heurtier et Garde vont conduire Istanbul au SIA dans l’espoir de décrocher le podium, car pour eux, Istanbul a tout d’un grand ! - © Mélodie Comte

C’est d’abord l’histoire d’une bande de copain. Le Gaec Astre à La Celle-d’Auvergne, le Gaec Cluzel-Heurtier au Montel-de-Gelat et le Gaec Garde à Chaffraix ont toujours acheté ensemble des taureaux pour la monte naturelle. « Plus simple et économique » selon les éleveurs. Leur choix s’est porté en 2013, lors de la vente nationale à Magnicourt, sur Istanbul. Taureau dit mixte, âgé aujourd’hui de deux ans, il a remporté en 2014 un 1er prix au concours national et au Sommet de l’élevage ainsi que le prix d’honneur junior à Saint-Gervais. Devant de tels résultats pourquoi ne pas l’emmener à Paris ? « Tous les grands de l’élevage y sont, alors c’est bien que ce concours a de l’importance ! L’organisation est loin d’être simple et demande de mettre la main à la poche (tout compris environ 1 500€) mais Paris c’est le prestige » explique Cédric Heurtier. Un prestige pour lequel il faut batailler. Les éleveurs auront notamment en face d’eux le jeune taureau du GIE Charolais Leader auquel ils sont adhérents. « On va être concurrent avec l’autre taureau dont nous sommes également co-propriétaire. La situation est incongrue mais saine. On tient tout de même à rappeler que c’est celui qui passe devant qui paye à boire !» remarque Benoit Astre. Tout comme son homologue, Istanbul a tout pour prétendre au podium. Un animal de très haute qualité comme savent les choisir les éleveurs puydômois. Eric Garde, co-propriétaire d’Istanbul et ancien président du syndicat départemental Charolais est confiant. « Un ami à moi résumait très bien la situation des éleveurs du Puy-de-Dôme. Il disait : nous ne sommes peut-être pas dans le berceau mais depuis longtemps nous sommes debout et nous marchons ! ». En 30 ans, les éleveurs sont arrivés à un niveau de sélection incroyable parce qu’ils ont cette volonté d’avancer. «Je suis satisfait aujourd’hui de voir que les jeunes poursuivent cette démarche. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui