L'Auvergne Agricole 25 avril 2013 à 10h20 | Par Publi-rédactionnel

Installation - Le Crédit Agricole Centre France, au cœur de l’installation des agriculteurs

Rencontre avec Baptiste Dessapt, jeune agriculteur installé en 2012 à Saint Jean d’Heurs, en Gaec avec son père et son oncle et accompagné par le Crédit Agricole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Installation réussie pour Baptiste Dessapt, jeune agriculteur Puydômois
Installation réussie pour Baptiste Dessapt, jeune agriculteur Puydômois - © Crédit agricole Centre France

Il a fallu quelques années après la fin de ses études à Baptiste Dessapt pour s’installer ; même s’il avait depuis toujours cette idée en tête.

 

Un objectif : la patience de se donner les moyens de l’atteindre

A la suite de son BTS ACSE en 2005, il est d’abord allé travailler à l’extérieur. Ce Jeune agriculteur a même découvert les départements d’outre-mer et la fabrication du Rhum pendant 6­­ mois, avant de revenir en Au-vergne pour intégrer une formation commerciale en appren- tissage à l’IFRIA et exercer ensuite le métier de techni-co-commercial pour un fabriquant d’aliments pendant 4 ans.

Quand s’est posée la question de passer éventuellement le salarié du Gaec à temps plein, parce que les associés souhaitaient «lever le pied », Baptiste s’est dit que cette place pourrait être pour lui; «Si l’exploitation devait dégager le résultat pour un salarié à temps plein, elle pouvait aussi bien le faire pour un nouvel associé ». Et quand le salarié a souhaité quitter le Gaec, Baptise a tout naturellement, intégré la société familiale avec son père et son oncle.

Le Gaec Dessapt exploite actuellement 205 ha en polyculture élevage avec une cinquantaine d’hectares de cultures de vente (blé, maïs, betteraves) et le reste en surfaces fourragères (prairies et maïs) pour nourrir un troupeau de 75 vaches laitières qui produisent 630.000 litres de lait. L’installation de Baptiste s’est faite sans augmentation de foncier : «Je n’ai pas la volonté de m’agrandir pour m’agrandir ! Ce que je souhaiterai, c’est plutôt restructurer. Mon projet d’installation est basé sur une augmentation de la production laitière par intensification, mais en prenant garde à bien gérer les coûts de production et en optimisant l’outil de production avec un étalement des vêlages tout au long de l’année ».

Pour se consacrer à son projet d’installation, Baptise a quitté son travail en août 2011 pour une installation en avril 2012, le temps de mener son parcours d’installation. Celui-ci s’est bien enchaîné; comme il n’y avait pas de grosses modifications par rapport à la structure initiale, « l’étude prévisionnelle n’a pas été trop difficile à faire, même si ce n’est pas évident d’anticiper tous les investissements sur 5 ans !… Nous avons prévu large, mais on n’est jamais à l’abri d’un tracteur qui tombe en panne…». Mais pour Baptiste, «Il est important de réfléchir longtemps à l’avance à son installation pour arriver à un projet viable ; j’ai eu la chance de m’installer sur une structure saine, qui fonctionne bien et qui m’a permis dès mon installation de prélever un salaire; pour cela, je dois d’ailleurs remercier les générations de mon père et de mes grand-parents qui ont construit l’outil. ».

Bien accompagné par le Crédit Agricole

Pour le financement de son projet, Baptiste s’est tourné vers le Crédit Agricole Centre France qui était déjà le partenaire financier du Gaec. «Dans un premier temps, j’ai présenté mon projet au Conseiller agricole de l’agence de Lezoux. J’ai ensuite travaillé avec le chargé de Financement Jeunes Agriculteurs pour préparer mon passage en CDOA. Je n’ai utilisé que mes droits à prêts JA, ce qui a simplifié les choses. Comme

j’étais satisfait du conseil et du service du Crédit Agricole, je n’ai pas trouvé nécessaire de rencontrer d’autres banques ! » Dans les projets à venir, Baptiste et ses associés vont bientôt lancer la construction d’un bâtiment pour loger les génisses afin d’optimiser le travail sur l’exploitation, mais dans un souci permanent de maitrise des investissements.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui