L'Auvergne Agricole 15 janvier 2020 à 14h00 | Par Propos recueillis par C. Rolle

Franck Ceyssat, agriculteur et candidat aux élections MSA, revient sur les enjeux du scrutin

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Du 20 au 31 janvier 2020, les adhérents de la MSA sont appelés à voter pour élire leurs délégués cantonaux. Franck Ceyssat, agriculteur sur la commune d’Orcival (Gaec six associés), délégué et administrateur de la MSA Auvergne, est candidat pour un 4ème mandat.

Quelles sont les missions des délégués cantonaux MSA ?

Les délégués sont ambassadeurs de la MSA sur leur canton. Ils représentent les ressortissants sur leurs secteurs. Ils ont pour missions de les informer sur les rôles de la MSA et de faire remonter leurs préoccupations et leurs demandes auprès du conseil d’administration et des services de la Mutualité. La MSA est souvent perçue comme une structure créancière et non comme une structure de services. Certes, son rôle est de collecter, gérer et verser les prestations sociales de ses adhérents, mais pas que!

Justement, quels types de services propose la MSA ?

La MSA intervient pour la prévention des risques professionnels des exploitants et entreprises agricoles. Elle agit pour améliorer les conditions de travail et celles des salariés au travers d’actions collectives ou individuelles. Elle conseille et accompagne les agriculteurs dans l'accueil de leurs salariés, leur sensibilisation aux risques du métier. Des formations en matière de sécurité et de prévention de la santé sont également proposées, notamment aux jeunes que nous incitons à se tourner vers la MSA.

C’est donc bien aux délégués présents sur le terrain d’expliquer tout ce que fait la MSA pour accompagner ses ressortissants y compris ceux en difficulté…Par notre écoute, nous essayons en effet de recenser les collègues en difficulté pour mieux les accompagner. C’est une mission difficile car les gens ne se confient pas facilement dans ce type de situation. Mais le délégué doit être vigilant et savoir donner l’alerte auprès des services de la MSA afin que soit mis en place un accompagnement social et humain. Ces dernières années, nous avons croisé davantage d’agriculteurs en détresse ; le premier signe c’est le non-paiement des cotisations MSA

Qu’est-ce qui vous motive à être candidat pour un 4ème mandat sur le canton d’Orcines ?

J’aime bien m’engager pour comprendre. Ça été mon leitmotiv de départ et ça l’est resté ! Être délégué MSA correspond également aux valeurs que je porte : œuvrer pour l’intérêt collectif, aider mon voisin, apporter ma pierre à l’édifice social…Je retrouve cela dans le rôle d’élu du régime agricole.

Par ailleurs, en tant qu’administrateur de la MSA, je peux suivre les dossiers que nous faisons remonter du terrain et avoir ainsi une vision plus globale des actions que nous menons.

Le régime social agricole doit-il craindre une remise en cause ?

Les régimes spéciaux sont particulièrement remis en cause en ce moment…Le régime agricole, porté par la MSA, doit donc faire valoir ses atouts : connaissance des particularités de l’agriculture, relation de proximité, accompagnement individualisé, présence en milieu rural… À la différence du régime général, nous avons des délégués qui permettent ce type de fonctionnement. Nous devons défendre et sauvegarder cette spécificité en faveur des exploitants, ainsi que nos valeurs de solidarité et de mutualisme. C’est pourquoi ces élections représentent un rendez-vous important pour nos territoires ruraux.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui