L'Auvergne Agricole 11 février 2010 à 09h30 | Par Marie-Noëlle DASSAUD

Fédération départementale ovine - La Reconquête ovine est en marche dans le Puy-de-Dôme

Le syndicalisme et le développement agricole (EDE, Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme et la Pra Dômes Hautes Combrailles) s’allient pour déployer, sur le terrain, le mouvement de la Reconquête Ovine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au lycée de Rochefort-Montagne, les acteurs de la filière ovine étaient réunis autour du projet «reconquête ovine». L’occasion d’échanger, de s’informer et de partager le métier avec les élèves, peut-être de futurs producteurs.
Au lycée de Rochefort-Montagne, les acteurs de la filière ovine étaient réunis autour du projet «reconquête ovine». L’occasion d’échanger, de s’informer et de partager le métier avec les élèves, peut-être de futurs producteurs. - © auvergne Agricole

Le Lycée de Rochefort Montagne accueillait, jeudi 28 janvier dans ses locaux, les acteurs de la filière ovine. Eleveurs, futurs éleveurs, élèves du lycée, techniciens, coopératives, tous étaient présents pour discuter ensemble de l'avenir et de la mise en place du mouvement « Reconquête Ovine »
Ce mouvement, mis en œuvre grâce à la reconnaissance de la production ovine via la réforme de la PAC, consiste à améliorer la compétitivité des exploitations en se basant sur trois axes : l'amélioration des performances technico-économiques dont le taux de productivité numérique par brebis ; les charges d'alimentation (trop souvent importantes sur les exploitations) et l'amélioration du revenu. La politique de prix reste également un axe de travail pour la filière.
Richard Randanne, éleveurs ovin sur la commune de Vernines et administrateur à la Fédération Départementale Ovine expliquait : « Depuis des années nous demandions une reconnaissance de notre production, trop longtemps marginalisée. Le travail réalisé au niveau départemental, régional et national a permis cette reconnaissance en obtenant une nouvelle prime ovine équivalente à la PMTVA soit 21 € plus 3 € si nous sommes adhérents à une organisation de producteurs. » Et d'ajouter, «Nous avons un avenir prometteur. A nous de rendre notre production plus compétitive et moins marginalisée, tout cela passe par la Reconquête Ovine.»

Les techniciens de l'EDE, Copagno, UPRA ROM complétaient cette intervention en faisant un état des lieux de la filière ovine et de ses perspectives. L'après midi fût consacrée à la visite de trois exploitations : chez Jean-Luc et Joëlle Tourreix, Earl de l'Echarme, sur la commune de Gelles sur la thématique « adaptation du système fourrager » ; Camille Lassalas à Beaune le Chaud, sur le parcours d'installation en production ovine ; et chez Richard Randanne à Vernines sur l'identification électronique.

 

L’identification électronique a permis de centraliser les données du troupeau et de les valoriser. Ainsi, la gestion d’inventaire et le suivi du troupeau sont plus faciles.
L’identification électronique a permis de centraliser les données du troupeau et de les valoriser. Ainsi, la gestion d’inventaire et le suivi du troupeau sont plus faciles. - © Auvergne Agricole

L'exploitation de Richard Randanne

Installé en 1998 sur 60 ha sur la commune de Vernines, la troupe ovine s'élève à 750 brebis de race Rava. Richard vend des agneaux de boucherie, il pratique l'agnelage 3 en 2 ans. Son système est également basé sur l'herbe avec foin et enrubannage. Le choix de Richard Randanne est de développer la technique, notamment sur les coûts alimentaires afin de diminuer ses charges.

L'exploitation de Jean-Luc et Joëlle Tourreix

Installés sur 62 ha sur la petite région agricole de Rochefort Montagne, zone essentiellement herbagère avec 98 % de la surface en herbe. Une partie du troupeau part en estive de mai à début septembre. Le troupeau ovin se compose de 620 brebis de race Rava, l'exploitation produit des agneaux de bergerie. Le système de production est uniquement basé sur l'herbe.

L'exploitation de Camille Lassalas

Camille a le projet de s'installer au printemps 2010 en GAEC avec sa mère sur 110 ha. La troupe ovine devrait évoluer dans les trois années à venir et passer de 450 à 800 brebis de race Rava. Leur parcellaire est uniquement composé de prairies permanentes. Leur système est totalement herbager avec du foin et de l'enrubannage et il n'y a pas de consommation de concentrés par les brebis. Ils pratiquent l'agnelage 3 en 2 ans, la construction d'un bâtiment (bergerie + stockage) est en projet.

 

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui