L'Auvergne Agricole 27 mai 2009 à 10h43 | Par C.Rolle

Européennes - « Que fait-on de la ferme France en 2013 ? »

En pleine crise du prix du lait, le député européen, Joseph Daul, invite les agriculteurs du Massif central à définir les contours de la ferme France de l’après 2013.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A l’initiative de Jean-Marc Boyer, Joseph Daul et Jean-Pierre Audy ont visité une exploitation avant la tenue de la conférence. L’occasion pour le conseiller général de Rochefort de présenter les conditions d’exploitations spécifiques des agriculteurs de montagne dont l’Europe doit tenir compte.
A l’initiative de Jean-Marc Boyer, Joseph Daul et Jean-Pierre Audy ont visité une exploitation avant la tenue de la conférence. L’occasion pour le conseiller général de Rochefort de présenter les conditions d’exploitations spécifiques des agriculteurs de montagne dont l’Europe doit tenir compte. - © auvergne Agricole

A quelques jours du scrutin européen, Jean-Marc Boyer, conseiller général de Rochefort- Montagne, maire de Laqueuille, et Jean-Pierre Audy, député européen, tête de liste Massif central centre, ont invité Joseph Daul à venir débattre avec les agriculteurs sur le thème « Europe et agriculture ».

Dessiner la Ferme France

Député européen, président du Parti Populaire Européen (PPE), Joseph Daul est aussi exploitant agricole alsacien en polyculture-élevage, sur 75 ha.
Sans langue de bois et avec fermeté, il a invité les agriculteurs et leurs organisations professionnelles à réfléchir sur l'avenir de l'agriculture au sein de l'Europe et à présenter des propositions pour la ferme France d'après 2013, dès l'automne prochain. «En 2004, la France n'a fait aucune proposition. Ne refaisons pas cette erreur en 2013, et prenons date dès maintenant pour définir précisément les contours de l'agriculture européenne que nous souhaitons défendre ».
Pour Joseph Daul, cette ferme France devra contribuer à nourrir 500 millions d'européens et les agriculteurs devront s'adapter aux changements des habitudes de consommation. Ils n'y parviendront qu'avec l'aide de l'Europe et d'une politique agricole et alimentaire rénovée. «C'est grâce à l'Union européenne et à la Pac que l'agriculture est là aujourd'hui et qu'il y a encore des agriculteurs dans le Massif central » aime-t-il rappeler. Le député fustige « ceux qui prônent le libéralisme » et privilégie une « meilleure gestion des stocks » et la définition de « règles ».

Crise laitière et Europe

« L'objectif demain est que les paysans puissent continuer à travailler et à vivre de leurs productions ». Dans le contexte de crise du lait que vivent aujourd'hui les producteurs, cette vérité lancée par le député européen dérange. « Que fait l'Europe pour enrayer la baisse du prix du lait ? » « Pourquoi lutter alors que la commissaire européenne reste intraitable sur les quotas laitiers en 2015 ? » interrogent les agriculteurs. « Il ne faut pas confondre réforme de la Pac et gestion de crise » répond Joseph Daul. Ceci étant, le député juge inacceptable la situation des éleveurs laitiers, « il faut retrou-ver rapidement un équilibre au dessus du prix de revient (...) La réunion de l'interprofession, jeudi 28 mai est cruciale pour remettre les producteurs et les entreprises autour de la table des négociations». A plus long terme, sur l'avenir des quotas, Joseph Daul rappelle que si la majorité des états membres souhaite conserver les quotas laitiers, ils seront maintenus par l'UE. « Mais pour arriver à ce résultat, il faut une unité à 27, il faut avoir une politique cohérente générale, issue d'une volonté politique mais aussi de la détermination professionnelle. Aujourd'hui, aucune majorité ne se dégage en faveur du maintien des quotas, mais les choses peuvent changer et c'est à vous professionnels, de faire des propositions dans ce sens avant la fin de l'année 2009 ».

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui