L'Auvergne Agricole 13 août 2015 à 08h00 | Par M. Comte

Commerçants et artisans reconquièrent les communes du Sancy

La Communauté de Communes de Sancy Artense accompagne, depuis plus de 20 ans, les artisans et commerçants reprenant ou créant un commerce dans le territoire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
François Marion, président de la Communauté de Communes et maire de Saint-Donat et 
François Jonquères,
directeur de la Communauté de Communes Sancy Artense, restent
persuadés que les commerçants et les artisans sont les poumons des petites communes rurales.
François Marion, président de la Communauté de Communes et maire de Saint-Donat et François Jonquères, directeur de la Communauté de Communes Sancy Artense, restent persuadés que les commerçants et les artisans sont les poumons des petites communes rurales. - © Auvergne agricole

Depuis 1990, le territoire de Sancy Artense voyait sa courbe démographique décliner. Mais depuis ces trois dernières années, et pour la première fois en plus de 20 ans, elle s’est stabilisée.

Les commerces et artisans se réinstallent, relançant ainsi l’économie dans ce magnifique coin de l’Auvergne. Une petite victoire qui est le fruit de dizaines d’entrepreneurs qui ont fait le pari de s’installer en montagne et de la Communauté de Communes qui accompagne leurs projets, com-me l’explique François Marion, président de l’établissement : «c’est un choix politique que nous avons fait pour sauver nos communes, maintenir les écoles et les services.»

 

Guide sur le chemin administratif

Cependant, il n’est pas question d’aide financière mais bien d’un accompagnement à la réalisation des différentes démarches administratives mais aussi et surtout au lancement du projet. François Jonquères, directeur de la Communauté de Communes, reçoit chaque semaine plusieurs porteurs de projet désirant reprendre un commerce ou en créer un nouveau. « La première chose que les gens nous demandent ce sont des aides financières. Mais nous avons fait le choix d’apporter un service plutôt qu’un financement. De plus, dans des projets tels que la reprise d’une boucherie, d’une boulangerie ou de chambres d’hô-tes, il ne faut pas voir uniquement l’aspect financier. Les personnes que je rencontre n’ont pas toujours conscience que ce nouveau choix de vie, ici dans le Sancy, va avoir un impact très important sur leur vie de famille. Ils vont devoir retrouver un logement, une école pour les enfants, s’adapter aux longs mois d’hiver et aux contrain-tes de la vie en montagne.»

Expérience de terrain

La Communauté de Communes se veut la première porte d’entrée pour ces nouveaux artisans et commerçants. Elle les guide à travers le cheminement complexe que nécessite la reprise ou la création d’une entreprise aussi petite soit-elle. Tous les projets ne voient pas le jour selon le directeur, notamment par manque de viabilité. Si elle encourage les repreneurs, la Communauté de Communes souhaite avant tout que la reprise soit pérenne. «De par notre expérience du terrain, nous savons à peu près ce qui marchera et au contraire ce qui sera difficile voire irréalisable. Un boucher à repris un commerce longtemps laissé vacant à La Tour-d’Auvergne. Certains organismes étaient frileux sur ce projet pensant que le commerçant n’aurait pas suffisamment de clientèle. Nous l’avons encouragé à poursuivre et depuis quelques années maintenant, sa boucherie est un véritable succès. »

Se faire connaître

Outre l’accompagnement de la Communauté de Communes, c’est toute une organisation qui a été mise en place sur le territoire de Sancy Artense. Désormais, dès qu’un commerce se libère, les vendeurs, mais aussi les élus des petites communes, en informent l’établissement. La Communauté de Communes se fait alors agent immobilier pour promouvoir les locaux proposés à la vente. Depuis un an, elle a d’ailleurs rassemblé dans des catalogues, régulièrement mis à jour, toutes les affaires à céder. Ces documents sont consultables aussi bien sur internet que dans les offices de tourisme. «La majeure partie des repreneurs n’est pas native de l’Auvergne. L’opération « Et si on restait ? » vise donc à informer les vacanciers, désireux de vivre dans notre territoire, de tous les commerces et locaux à reprendre » explique François Jonquères.

Cette campagne de communication est essentielle selon François Marion. « Les commerces changent la physionomie d’un bourg. Nous n’attirons jamais de nouveaux habitants s’il n’y a aucun service dans les villages. Les élus l’ont compris depuis longtemps et s’investissent pour installer de nouveaux venus sur leurs communes. La communication, notamment à travers cette campagne, nous permet de faire savoir qu’il y a de nombreuses opportunités sur notre territoire.»

Lors du dernier recensement de la population en 2011, Saint-Donat et bien d’autres communes du secteur, ont vu leur nombre d’habitants se stabilisere. Une situation démographique qui permet aujourd’hui à la Communauté de Communes de Sancy Artense de maintenir et développer ses services à la population telle que la construction d’une seconde micro-crèche.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui