L'Auvergne Agricole 08 mai 2014 à 08h00 | Par C.Rolle

Chasse - Les chasseurs mettent l’accent sur la prévention

A travers leur fédération départementale, les chasseurs du Puy-de-Dôme poursuivent leurs efforts pour construire un relationnel apaisé et constructif avec le monde agricole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au Hpark, salle comble, non pas de rugbymen mais de chasseurs.
Au Hpark, salle comble, non pas de rugbymen mais de chasseurs. - © C. Rolle

C’est au Hpark, dans un «repaire» de rugbymen, que les chasseurs du Puy de Dôme se sont retrouvés dernièrement dans le cadre de leur assemblée générale. L’occasion pour ces passionnés de la chasse de faire le point sur l’activité de leur fédération départementale et débattre.

 

Moins de chasseurs

Cette saison, la fédération constate encore une baisse «même faible », du nombre d’adhérents, soit 13 715 contre 13 984 la saison précédente. « Un point positif tout de même, le nombre de candidats reçus à l’examen du permis de chasser en 2013 a augmenté de 30 ! souligne le président Dominique Busson. Même si cette évolution ne suffit pas à renouveler les chasseurs qui raccrochent le fusil, c’est une nouvelle encourageante de savoir que des jeunes souhaitent pratiquer notre passion» ; ils sont 104 de moins de 20 ans cette année.

 

Volatilité du gibier

Côté gibier, les prélèvements pour le chevreuil sont en légère hausse dans le Puy-de-Dôme, environ 7 082 animaux contre 6 880 l’an dernier. Le résultat est identique pour le cerf avec 191 réalisations contre 175 l’an dernier. En revanche, le chamois et le mouflon enregistrent une baisse des réalisations avec respectivement 67 animaux prélevés (contre 82 l’an dernier) et 84 (contre 95 l’an dernier).

La baisse la plus significative des prélèvements touche le sanglier, soit 2 901 cette saison contre 3 998 l’an passé. Cette forte diminution est à rapprocher d’une mauvaise reproduction et d’un printemps froid et pluvieux, selon le président. « A nous d’utiliser correctement les plans de chasse avec une volonté d’effectuer une gestion saine et intelligente du cheptel ».

Enfin en Limagne, le plan de gestion lièvre sera reconduit pour trois ans.

 

Des dégâts maîtrisés

Sur le volet dégâts, la facture en 2012/2013 a très peu augmenté par rapport à 2011/2012. Et des évaluations font apparaître des dégâts en baisse pour la saison 2013/2014. De quoi réjouir le président Busson qui reconnaît que « la contribution payée par certains » n’est pas étrangère à ce résultat. S’il regrette que d’autres chasseurs ne jouent pas le jeu il constate que «la contribution aura permis à certains de prendre conscience que nous ne pouvons plus nous permettre d’être laxistes concernant la gestion de ces dégâts et que la survie de la chasse, telle que nous la connaissons, passe par un effort commun de prévention ». Et le président aura prochainement l’occasion de revenir sur ce sujet épineux puisque les décrets d’application faisant suite à une négociation sur ce thème entre les syndicats agricoles, le ministère de l’Agriculture et le Fédération nationale des chasseurs ont été pris. Concernant leur application sur le terrain et plus particulièrement dans le Puy-de-Dôme, le président remet à plus tard la décision. Il souhaite avant tout «rencontrer la Chambre d’agriculture et les syndicats agricoles à ce sujet».

En attendant, le président martèle la nécessité de renforcer le dialogue avec les agriculteurs et les forestiers, «de se comporter en chasseur responsable dans un relationnel apaisé et constructif».C’est dans ce sens qu’il lance l’opération de communication «un dimanche à la chasse», un évènement visant à accueillir des non chasseurs, sur une journée, dans les sociétés de chasse, pour leur faire découvrir et partager cette passion.

Des actions d’aménagement du territoire

 

Diverses actions techniques sont conduites sur le terrain par la Fédération départementale des Chasseurs, en relation avec différents partenaires. Parmi elles et plus particulièrement en matière d’aménagement du territoire il y a :

- La jachère environnement/faune sauvage : la FDC63 verse une subvention de 140€/ha à l’agriculteur et 40€/ha pour le détenteur de droit de chasse

- Bandes de céréales hors PAC : la FDC63 verse 210€/ha

- Plantation de haies : une aide de 80% est versée par le Conseil général du Puy de Dôme + 40% par la FDC63

- Kit bosquet composé de 10 plantes + paillage, permet de créer un refuge pour petits gibiers. Une aide de 80% est versée par le Conseil général et 20% par la FDC63

- Mise en place prochaine de passages à faune sur l’A89 (2 écoponts et 1 écoduc)

- Agrifaune : mise en place de 3 exploitations, vitrines de pratiques agricoles favorables à la faune sauvage.

- En partenariat avec RTE (Réseau de transport électrique), la FDC63 va développer des aménagements sous les emprises de lignes électriques aériennes afin de proposer des refuges adpatés aux animaux sauvages et maintenir ainsi la biodiversité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui