L'Auvergne Agricole 08 septembre 2010 à 11h09 | Par Udsea

Cantonale Udsea - Echanges professionnels et convivialité

Eleveurs laitiers, allaitants ou hors sol, jeunes en attente d’installation, producteurs en activité ou retraités agricoles : toutes productions et générations du canton de Bourg-Lastic se sont réunis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Yves Pélissier a reçu les éleveurs du canton, ici aux côtés de Bruno Chaput.
Yves Pélissier a reçu les éleveurs du canton, ici aux côtés de Bruno Chaput. - © DR

Ils étaient près de 60 à avoir choisi de se retrouver le 28 août dernier dans une grange, chez Claude et Yves Pélissier à Briffons pour partager dans la convivialité, échanger les expériences, mais aussi témoigner de préoccupations que tous expriment.
Si inquiétude et incertitude sont permanentes, elles sont aussi de plus en plus dures à supporter parce que l'instabilité est partout.
Le contexte laitier est un bon exemple de la situation. En effet, les récents accords suscitent autant de satisfaction que d'interrogations, car l'attitude des transformateurs dans cette affaire montre qu'à tout moment, il faut s'attendre à des problèmes d'applications, et que les engagements ne sont valables que sur de courtes périodes.
Inquiétude et interrogations également pour les éleveurs allaitants face à des prix de la viande aussi bas, alors que la production est déficitaire et que la consommation ne baisse pas en France ; interrogation qui s'étend au maigre, dont les cours sont attendus avec anxiété. De même, les types d'animaux demandés par les marchés sont difficiles à cerner: légers ou lourds, la question se pose puisque le marché reste incertain sur les attentes.
Facteur aggravant dénoncé par tous, l'ampleur des contraintes de tous types est un handicap de plus pour des exploitations qui ont à supporter un contexte de production déjà très difficile. Aux accidents climatiques, aux pullulations de rats taupiers, viennent s'ajouter aujourd'hui les dégâts de gibiers qui se multiplient parce qu'aucune mesure n'est réellement mise en place pour contrôler les débordements des populations de sangliers et de cervidés.
Lorsqu'ils sont portés par près de 60 agriculteurs d'un même canton, ces messages ne peuvent que nous interpeller.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui