L'Auvergne Agricole 09 septembre 2010 à 10h52 | Par S. Trinh

Bovin - «Une nurserie bien isolée, pas trop spacieuse et lumineuse pour mes veaux»

A Aurières, Pauline Brendani, éleveur laitier, a fait construire une nurserie pour héberger ses veaux. Son Gaec enregistre seulement 4% de mortalité des veaux, un très bon score.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Anne Bapt et Pauline Brendani, éleveur. « Il faut toujours prévoir une aération – sans courant d’air- du bâtiment des veaux. Même s’il fait très froid, il faut un minimum de ventilation » dit Anne Bapt.
Anne Bapt et Pauline Brendani, éleveur. « Il faut toujours prévoir une aération – sans courant d’air- du bâtiment des veaux. Même s’il fait très froid, il faut un minimum de ventilation » dit Anne Bapt. - © auvergne Agricole

Le Gaec des violettes élève un cheptel de 40 vaches laitières. La quarantaine de vêlages est étalée sur l'année. Le réaménagement des bâtiments est à l'origine du besoin d'un nouveau bâtiment d'élevage: une nurserie, pour les veaux de moins d'une année.
La nurserie est une serre-tunnel dont l'intérieur est clair et ensoleillé. «La serre-tunnel ne fait que 10 m de long. Si nécessaire, c'est vite aéré par ouverture des portes. De plus, ici à 900 m d'altitude, il fait très souvent froid. Le système de la serre-tunnel nous a permis d'isoler le bâtiment jusqu'au sol» dit Pauline Brendani. La hauteur du tunnel, bien inférieure à celle d'une stabulation, diminue le volume de la nurserie. Ainsi les veaux ont-ils moins à chauffer durant l'hiver.
«En mars et avril, la régulation de l'atmosphère du bâtiment est la plus difficile : en effet, il fait rapidement très beau ou très froid. Il faut aérer tout en ne faisant pas de courant d'air !» souligne Pauline Brendani.
Six cases individuelles démontables sont installées le long de la paroi. «Avec 40 vêlages par an, 6 cases individuelles, c'est suffisant. Les veaux destinés à la vente y séjournent 3 semaines, et les petites femelles de renouvellement y restent elles une seule semaine» dit l'éleveur.
Une grande stalle en aire paillée occupe le gros de la serre. «Elle a été bétonnée. Nous paillons chaque jour et curons bien régulièrement, dès que la hauteur du fumier dépasse 20 cm» dit Pauline Brendani. Dans cette stalle, l'éleveur aménage 2 compartiments pour faire un groupe de femelles sevrées et un groupe de veaux non sevrés. Cela fait environ 2,6 m2 par veau - dans les normes recommandées par les organismes d'élevage. A la belle saison, la serre est ouverte, et communique avec un parc d'exercice grillagé.
«A l'usage, un des inconvénients est que le local de préparation du lait n'est pas à proximité. Il faut penser à cet aspect lors de l'aménagement d'une nurserie» souligne aussi Pauline Brendani.
Dans la stabulation des vaches, un parc de vêlage en aire paillée a été aménagé. Ainsi les vaches vêlent elles au propre, le parc étant curé après chaque vêlage

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui