L'Auvergne Agricole 19 octobre 2006 à 00h00 | Par C.Rolle

Bois énergie - Le bois, une énergie qui devient compétitive

Le bois est une énergie dont l’avenir passe par la volonté politique, la structuration de la filière et l’accompagnement des projets.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Plus de 200 personnes impliquées dans le développement de la filière Bois énergie participaient au colloque organisé par l’Adhume et le CIBE
Plus de 200 personnes impliquées dans le développement de la filière Bois énergie participaient au colloque organisé par l’Adhume et le CIBE - © Auvergne Agricole
Sans conteste, le bois constitue une énergie d’avenir sur laquelle les collectivités publiques et les particuliers commencent à porter un regard nouveau ; un regard intéressé tant elle apporte des réponses en matière d’environnement, d’économie et d’aménagement du territoire. Ceci étant, beaucoup de chemin reste à parcourir pour développer cette filière et réunir l’ensemble des compétences nécessaires au montage de projets de chaufferies bois. C’est dans ce cadre que l’Adhume et le CIBE (1) ont organisé, les 12 et 13 octobre, un colloque sur le thème : « bois énergie : montage de projets et accompagnement des maîtres d’ouvrages».

Sébastien Contamine propose la création dans le Puy-de-Dôme d’un syndicat des énergies capable d’assurer la conduite d’un projet bois énergie de A à Z. De quoi faciliter la tâche des collectivités qui souhaitent investir dans ce domaine
Sébastien Contamine propose la création dans le Puy-de-Dôme d’un syndicat des énergies capable d’assurer la conduite d’un projet bois énergie de A à Z. De quoi faciliter la tâche des collectivités qui souhaitent investir dans ce domaine - © Auvergne Agricole

Une dynamique économique pour la filière bois
Bureaux d’études, exploitants de chauffage, collectivités, experts… ont débattu des différentes démarches de mise en oeuvre d’un projet et des outils d’aide à la décision. Ils ont surtout mis en avant la nécessité de structurer une filière d’approvisionnement et de mettre en synergie les différents maillons de la chaîne. Ils ont aussi mis l’accent sur l’accompagnement des projets, « élément majeur du développement de la filière » explique Sébastien Contamine, directeur de l’Adhume, dont la mission est d’assurer la promotion du chauffage au bois, l’assistance aux maîtres d’ouvrage et l’organisation de l’approvisionnement. Selon lui, « l’utilisation du bois énergie revêt au moins trois intérêts : environnemental, via l’entretien de l’espace forestier ; économique par la création d’emplois y compris dans le milieu rural ; et de consommation, par un accès moins onéreux à l’énergie. » Du côté des agriculteurs, le développement de la filière peut devenir un facilitateur de dynamique économique.
C’est l’opportunité pour les exploitants agricoles de valoriser le combustible bois sur l’exploitation et l’habitation ; de créer un complément d’activité avec la production de plaquettes forestières et d’approvisionner directement le particulier qui choisirait ce système de chauffage. L’utilisation de la Cuma trouve alors là toute sa place dans ce schéma pour fédérer les agriculteurs au sein de cette nouvelle activité et mutualiser les matériels.
Rémi Chabrillat, délégué régional de l’ADEME a fait état d’une “montée en puissance des projets” et René Souchon a appelé l’ensemble de la filière à “jouer gagnant/gagnant”
Rémi Chabrillat, délégué régional de l’ADEME a fait état d’une “montée en puissance des projets” et René Souchon a appelé l’ensemble de la filière à “jouer gagnant/gagnant” - © Auvergne Agricole
Pour René Souchon, président du Conseil régional d’Auvergne, « il faut préparer dès maintenant la transition énergétique qui, de toute façon, nous sera imposée tôt ou tard ». Tout en regrettant «l’insuffisance de motivation des élus», le président a indiqué que le bois énergie était « un des thèmes prioritaires de la région et du Massif central ». Parmi les orientations définies par l’assemblée auvergnate figurent : l’élaboration d’un plan climat 2007 devant permettre de cibler les enjeux de l’utilisation du bois dans l’énergie ; la création d’un observatoire de l’énergie ; la mise en place d’une aide à la structuration d’un réseau régional chargé de conseiller et d’accompagner les collectivités territoriales.
« La région doit impulser les projets qui serviront d’exemples. C’est le cas du site de Marmilhat sur lequel l’ensemble des acteurs ont engagé une réflexion sur la création commune d’une chaudière bois. Et c’est le Conseil régional qui assurera le pilotage de l’opération » a indiqué le président Souchon.

Une opportunité pour les agriculteurs et les forestiers… à condition de s’organiser !
Lors du colloque Bois-énergie, il a été plus fait état de l’utilisation de la plaquette industrielle que la plaquette forestière à laquelle cependant, les spécialistes et les financeurs s’accordent à reconnaître des qualités.
Quid de la plaquette forestière? Pas ou peu d’éléments mis à la réflexion de la constitution d’une véritable filière qui devrait fédérer une multitude d’intervenants atomisés sur les territoires et souvent peu motivés à la valorisation des sous produits de l’exploitation forestière ou de l’entretien de la forêt. Les agriculteurs propriétaires de bois, les forestiers auraient ici un potentiel à valoriser; pour peu que se mette en oeuvre une véritable organisation collective de production de plaquettes forestières, de leur regroupement, d’un premier stockage proche des lieux de production, et la structuration des relations entre les gestionnaires de plates-formes et les producteurs de plaquettes forestières. Une CUMA interdépartementale est en cours d’organisation, à quand une coopérative de regroupement et de vente de plaquettes forestières ?
Une opportunité pour tous à condition de s’organiser et de bien définir les termes des relations

La structure régionale « Auvergne Bio Combustibles » a été présentée, la semaine dernière à Clermont-Ferrand, lors du colloque organisé par le comité interprofessionnel du Bois énergie.
La structure régionale « Auvergne Bio Combustibles » a été présentée, la semaine dernière à Clermont-Ferrand, lors du colloque organisé par le comité interprofessionnel du Bois énergie. - © Auvergne Agricole
Création : Auvergne Bio Combustibles , une structure régionale pour gérer l’approvisionnement
Pour répondre avec fiabilité aux besoins en approvisionnement «Bois énergie» des projets de chaufferie bois en Auvergne, une nouvelle structure vient d’être créée. Il s’agit d’Auvergne Bio Combustibles (ABC), à laquelle sont associés BICA et Bois énergie Auvergne (pour le sciage et l’exploitation forestière), Echalier (pour la récupération) et RBM EnergieBoisCoop (pour la gestion logistique des approvisionnements). Ce regroupement répond aux besoins de synergie entre les différents opérateurs afin de pouvoir faire face à la forte demande des collectivités en terme d’installation énergie bois. En effet, en mai 2006, le Conseil général du Puy-de-Dôme, dans le cadre d’une étude sur la structuration de la filière bois avait soulevé notamment la problématique de l’approvisionnement. C’est donc dans un esprit de partenariat associant des compétences complémentaires que la nouvelle structure ABC souhaite s’adapter progressivement aux besoins. L’ensemble des acteurs du groupe représente un chiffre d’affaires de 86 millions d’euros, 700.000 m3 de bois et 560 emplois directs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui