L'Auvergne Agricole 16 février 2011 à 11h28 | Par D. Perret

avenir laitier - Aux producteurs de tenir la barre

De Besse à Manzat, les producteurs laitiers, réunis le 8 février, défendent une valorisation de leur produit, gage d’une rémunération juste et de leur maintien sur le territoire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« Malgré que l’on soit en zone de montagne, on peut être performant» clament les producteurs à Manzat.
« Le Producteur ne doit pas être une variable d’ajustement » défend Pascal Servier, Président de la Fdpl.
« Malgré que l’on soit en zone de montagne, on peut être performant» clament les producteurs à Manzat. « Le Producteur ne doit pas être une variable d’ajustement » défend Pascal Servier, Président de la Fdpl. - © Auvergne Agricole

En météorologie, il y a les signes de beau temps et les avis de tempête. De la même manière, chavirés entre des prix et des charges volatils, les producteurs de lait cherchent avec détermination une terre ferme pour accomplir leurs projets professionnels et leurs projets de vie. Au-delà d’un objectif d’équité entre producteurs, la différenciation des produits laitiers est une priorité aux enjeux considérables pour notre région.

 

Négocier la houle des contrats

La mise en place des contrats est vécu comme un raz-de-marée dans le monde laitier. Et pourtant 100 % des producteurs sont déjà contractualisés. Pourquoi ne pas prendre le temps d’analyser les lignes des contrats ? La date du 1er avril 2011 impose aux acheteurs de proposer des contrats à tous les producteurs, elle impose ni signature ni position immédiates de la part des producteurs. La Fdpl, avec la section régionale laitière, aidera tout producteur à comparer collectivement les propositions et à formuler des conditions d’engagement. Affronter un océan juridique est plus difficile sur une coquille de noix que sur un remorqueur. C’est pourquoi il est proposé aux producteurs de s’organiser collectivement pour, notamment, faire suivre leurs contrats individuels et éviter les écueils, risques de ne plus être collectés ou d’être injustement rémunérés.

Après 27 ans de régime de quotas, « on n’a jamais eu autant de possibilité de négocier » constate une productrice de lait à Besse. Cependant, l’assistance dénote une législation générale encore trop favorable à l’aval de la filière.
Après 27 ans de régime de quotas, « on n’a jamais eu autant de possibilité de négocier » constate une productrice de lait à Besse. Cependant, l’assistance dénote une législation générale encore trop favorable à l’aval de la filière. - © auvergne Agricole

« Que se passera t-il si… ? »

La contractualisation au sens du décret du 30 décembre s’applique au lait non transformé. Elle impose une mention de volumes dans les contrats.

« Il est difficile pour les producteurs mixtes de prévoir la part des quotas transférables » commentent les éleveurs à Besse. Ce point, un parmi d’autres, nécessitera probablement un renforcement des discussions en amont du contrat individuel. Pascal Servier, Président de la Fdpl insiste sur le fait que « les filières gagnent en importance». Autre exemple, cité à Manzat: « Et si un associé tombe malade, si un problème sanitaire ou climatique nous empêche de livrer le lait engagé, que fera-t-on ?». En d’autres termes, là aussi, soit l’interprofession, soit une organisation de producteurs face aux entreprises, devraient être amenées à prévoir les procédures dans les cas dits de force majeure. C’est en tout cas l’intérêt de chacun d’anticiper le traitement de ces situations, afin d’éviter des écritures et/ou des lectures abusives des relations vendeur/acheteur.

.../...

suite page 4 de l'Auvergne Agricole du 17 février

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui