L'Auvergne Agricole 19 septembre 2018 à 16h00 | Par L'auvergne Agricole

30 ans, l’âge de la reconnaissance pour le GIE Charolais Leader

Michel Boileau, président du GIE Charolais Leader, revient sur le travail accompli et réussi du GIE durant trente ans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel Boileau, président du GIE Charolais Leader aux côtés de Roland Garde qui se souvient : « au départ du GIE, le berceau de la race nous a pris pour des marginaux. Ensuite nous avons été craints et aujourd’hui on est reconnus et respectés ».
Michel Boileau, président du GIE Charolais Leader aux côtés de Roland Garde qui se souvient : « au départ du GIE, le berceau de la race nous a pris pour des marginaux. Ensuite nous avons été craints et aujourd’hui on est reconnus et respectés ». - © C. Rolle

Du 12 au 15 septembre, le GIE Charolais Leader organisait une exposition vente d’une quarantaine d’animaux à Saint Pierre le Chastel, au Gaec Chebance. L’occasion de présenter une belle vitrine du travail accompli depuis 30 ans par les adhérents du GIE. Retour sur une aventure réussie.

Michel Boileau, avec une poignée de collègues éleveurs, vous avez été à l’initiative du GIE Charolais Leader et le président depuis bientôt 20 ans. Comment cette aventure a -t-elle commencé ?


Nous étions une quinzaine d’éleveurs répartis sur deux secteurs géographiques proches mais qui en fait se connaissaient peu. Nous nous côtoyions parfois à l’occasion de concours locaux ; c’est d’ailleurs dans le cadre de l’un de ces concours que nous avons eu l’idée de nous organiser pour acheter ensemble des taureaux que nous ne pouvions pas acquérir individuellement. Notre objectif était d’investir en commun pour accéder aux meilleures lignées de la race, faire avancer la génétique sur nos élevages et en récolter les fruits. Diego a été le premier taureau acquis par le groupement ; il a marqué le départ du GIE et a été porteur des premiers résultats obtenus par des taureaux référencés dans les concours locaux et nationaux.

Si vous ne deviez en citer que trois, quels ont été les évènements marquants de ces 30 années ?


On ne peut pas célébrer cet anniversaire sans penser à René Cluzel disparu en 1999, alors président de notre groupe. René a beaucoup compté dans la création et la dynamique du GIE Charolais Leader. Quand il est parti, on s’est retrouvé un peu orphelin…Il a fallu reconstruire, redémarrer, mais c’était sans compter sur la solidarité de l’équipe qui est d’ailleurs restée toujours très forte, et sur l’accompagnement précieux de Guy Cassagne, directeur de l’EDE du Puy-de-Dôme.
Moins triste, l’acquisition par le GIE du taureau Meillard en 1996 a mis un coup d’accélérateur à notre visibilité. Meillard avait une production exceptionnelle ; des doses ont été vendues un peu partout dans le monde. Il nous a fait connaître en produisant de nombreux champions mâles et femelles.
Enfin Bacchus, notre double champion au Salon international de l’agriculture 2010 et 2011 et super prix d’honneur à Moulins, a lui aussi participé au développement et à la reconnaissance du travail accompli par les adhérents du GIE. Tout comme Invictus consacré en 2017 champion national et dépositaire du titre super prix d’honneur. A noter que depuis sa création, le GIE a acquis 30 taureaux !

Qu’est-ce que le GIE Charolais Leader a apporté aux éleveurs ?


Grâce à leur regroupement, les éleveurs charolais du Puy-de-Dôme peuvent désormais rivaliser dans tous les concours autrefois intouchables et réservés aux éleveurs issus du berceau de race. Cette organisation collective nous permet d’obtenir aujourd’hui d’excellents résultats techniques, génétiques et commerciaux. Nous avons 42 sélectionneurs adhérents au Herd Book Charolais et 3300 vaches en base de sélection VA4. C’est le résultat de 30 ans d’actions, de travail et d’efforts quotidiens fournis par chacun. Nous avons la chance par ailleurs d’accueillir chaque année de nouveaux et jeunes adhérents passionnés qui au-delà d’apporter des idées novatrices perpétuent la dynamique engagée il y a 30 ans. Le GIE a de belles années devant lui, même si aujourd’hui il est plus difficile d’acheter un reproducteur de qualité tant les critères demandés évoluent sans cesse.


Propos recueillis par C.Rolle

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui